Publicité
25 novembre 2019 - 12:00

Budget 2020 de l'administration Demers

Action Laval dénonce la hausse des taxes foncières résidentielles prévue dans le budget 2020

Par Salle des nouvelles

Récemment, le maire Marc Demers a réuni l'équipe municipale, qui a appris que la hausse de taxes pour 2020 s’élèverait à 1,4 %, et que la Ville présenterait un surplus d’environ 40 M$ pour l’exercice financier de 2019 lors du dévoilement du budget, le 2 décembre prochain.

En fin de semaine dernière, le principal groupe d’opposition à la Ville de Laval, Action Laval, a réagi à une cette nouvelle exclusive publiée par Le Journal de Montréal. Il a déploré cette décision, dans un contexte où la Ville a "engrangé des surplus de 40 millions de dollars en 2019 et récupéré 50 millions de dollars de l’argent volé aux contribuables lavallois sous l’administration de Gilles Vaillancourt".

Le conseiller municipal de Saint-Bruno et ancien vice-président du comité exécutif de la Ville de Laval, David De Cotis, ne décolère pas: « Il s’agit ni plus ni moins d’un abus de pouvoir de la part de Marc Demers. Le maire fait preuve d’un grave manque de considération à l’égard des contribuables lavallois. J’aimerais lui rappeler que ces surplus et l’argent récupéré de la corruption n’appartiennent non pas à lui, mais aux citoyens. »

Ressources et réserves

À ses yeux, rien ne peut justifier une telle hausse étant donné les réserves et les surplus considérables dont dispose la Ville. Ceux-ci dépasseraient le demi-milliard de dollars.

En juin dernier, l’administration Demers a rejeté en bloc la motion du chef du conseil d’Action Laval et conseiller municipal de Vimont, Michel Poissant, qui appelait les élus à mettre de côté toute forme de partisanerie et à voter en faveur d’un gel des taxes foncières résidentielles pour les budgets de 2020 et de 2021.

Défense du gel des taxes, 5 M$, "une infime fraction de l'argent municipal" selon De Cotis

« Les Lavalloises et les Lavallois sont surtaxés, et Marc Demers, dans toute son intransigeance, veut alourdir encore davantage leur fardeau fiscal », a souligné M. Poissant, précisant au passage qu’un gel de taxes coûterait environ 5 millions de dollars chaque année à la Ville. « Il s’agit d’une infime fraction de l’argent municipal disponible. La Ville n’en souffrirait donc pas et les citoyens auraient plus d’argent dans leurs poches. C’est un scénario gagnant. Or, M. Demers et ses troupes ont choisi d’ignorer la population qu’ils sont supposés servir. »

« Les Lavalloises et les Lavallois sont étouffés par les taxes, et maintenant, M. Demers leur demande de faire un effort supplémentaire, mais pour quoi au juste? », a ajouté M. De Cotis.

« C’est le comble de l’insulte. Les rues sont remplies de nids-de-poule, la politique neige est déficiente – nous n’avons encore rien vu cette saison –, et des sommes énormes sont englouties dans des projets brouillons. Les contribuables lavallois ont financé malgré eux un gaspillage de 10 millions dans les fondations du complexe aquatique, d’1,5 million dans le forfait de données de la Ville et d’1 million dans le traçage des lignes bleues et blanches – et j’en passe. Bref, cette hausse de taxes est inacceptable et injustifiée », a-t-il appuyé.

Il explique que chaque fois qu'Action Laval a proposé un gel de taxes, ils ont reçu une fin de non-recevoir de la part du maire. Selon lui, l'administration "taxe pour simplement taxer, en ne tenant compte que de ses intérêts et en refusant de redonner aux contribuables lavallois une partie de l’argent qui leur appartient. Voilà une autre preuve que les citoyens sont la dernière priorité de Marc Demers ", a poursuivi M. De Cotis.

Les élus d’Action Laval n’entendent pas baisser les bras. Ils assurent continuer de défendre ce gel de taxes qui revient de droit aux citoyens lavallois. « Nous veillerons toujours à protéger les intérêts des Lavalloises et Lavallois, et cela passe entre autres par une taxation plus juste », a tenu à souligner M. Poissant.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.