Publicité

10 juillet 2020 - 20:00

Vie politique

Communautés culturelles: Aglaia Revelakis demande un comité spécial non partisan

Par Salle des nouvelles

Aglaia Revelakis, conseillère municipale de Chomedey, et Paolo Galati, conseiller municipal de St-Vincent-de-Paul, ont dit remarquer qu’un élément important de la démarche lavalloise envers ses communautés culturelles a été omis : les représentants de la population, les conseillers municipaux, ne sont pas inclus.

Pour cette raison, Aglaia Revelakis a demandé cette semaine qu’un comité spécial non partisan sur les relations entre les communautés culturelles et les policiers, ainsi que les institutions lavalloises, soit formé.

Dans ce type de démarche, les élus doivent être inclus en amont du projet, estime la conseillère. Bien que l’administration municipale ait une fine connaissance de son territoire et de ses enjeux, c’est leur rôle de prendre le pouls de la population.

« Pleine transparence »

La formation d’un comité spécial neutre mandaté par le conseil municipal pour entreprendre une vaste consultation citoyenne qui établira un diagnostic sur la qualité des relations avec les communautés est pleinement justifiée selon les deux élus.

« Les participants à cette consultation doivent être entendus directement par leurs élus », rappelait de son côté Paolo Galati. « La division entre le Comité exécutif et la police est un fondement démocratique et la proposition de ma collègue d’un comité non partisan issu du législatif est un instrument qui assurera la pleine transparence de la démarche. »

Aglaia Revelakis a ainsi déposé une proposition pour la formation d’un comité spécial sur les relations entre les communautés culturelles et les policiers, ainsi que les institutions municipales.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.