Publicité

16 juillet 2020 - 06:00 | Mis à jour : 08:53

Réaménagement du parc

Laval entame un inventaire archéologique d’envergure dans le Vieux-Sainte-Rose

Par Salle des nouvelles

La Ville de Laval entreprend aujourd’hui un important inventaire archéologique aux abords de l’église Sainte-Rose-de-Lima et de la berge des Baigneurs, ancien noyau villageois de Sainte-Rose. L’inventaire marque le début du projet de réaménagement de ce parc riverain, car il est une étape préalable aux travaux.

Il est prévu, au cours des prochaines années, de réaménager ce secteur réputé pour son histoire afin que les Lavallois puissent en profiter pleinement.


Une histoire «riche et méconnue»

Ce projet nécessitera des excavations pouvant dégrader les artefacts qui se trouveraient dans le sol. La Ville explore donc le potentiel archéologique en amont, par le biais d’un inventaire. Cela lui permettra de s’assurer que les travaux seront effectués en respect du patrimoine naturel et culturel, comme l’ont souhaité les citoyens consultés lors de la démarche collective Repensons Laval et en accord avec la Loi sur le patrimoine culturel du Québec.

« Laval possède une histoire riche et méconnue. En effectuant cet inventaire, la Ville de Laval agit de manière proactive afin de documenter, protéger et mettre en valeur son patrimoine », souligne Virginie Dufour, conseillère municipale de Sainte-Rose et membre du comité exécutif de la Ville. « Il s’agit d’une étape importante à franchir en vue de réaménager la berge des Baigneurs, qui est très appréciée des Lavallois, mais c’est aussi une occasion exceptionnelle d’approfondir notre connaissance historique du secteur. »

Durant une trentaine de jours, l’équipe d’archéologues procédera à un échantillonnage afin de confirmer la présence de vestiges matériels et leur état, dans le but ultime de reconstituer l’histoire des groupes autochtones et des premiers colons européens qui ont successivement occupé le secteur.


Un potentiel archéologique prometteur

Cette exploration promet des découvertes intéressantes. En effet, des interventions sur le terrain de l’école Villemaire, en septembre 2019, ont mis à jour les fondations de la maison Chartrand, construite avant 1848.

Elles ont aussi confirmé la présence de l’ancien cimetière paroissial, ce qui permet de présumer que les vestiges de la seconde église de Sainte-Rose (1788-1857) pourraient être dévoilés.

De plus, la proximité de la rivière des Mille Îles laisse penser que des artefacts témoignant des occupations autochtones pourraient s’y trouver. Si des biens de valeur patrimoniale importante sont découverts, les archéologues pourraient recommander de réaliser des fouilles plus approfondies.

 

 

Les Lavallois pourront en savoir plus sur l’inventaire archéologique grâce à des panneaux explicatifs installés aux abords du chantier et aux informations publiées sur la page histoire.laval.ca.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.