Publicité

23 septembre 2020 - 20:22

Discours à la nation

« Nous sommes au bord d’un précipice » - Justin Trudeau

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

C’est un discours à la nation teinté par la pandémie qu’a livré le premier ministre du Canada, M. Justin Trudeau, ce mercredi. « Nous sommes au bord d’un précipice qui pourrait être bien pire que ce que nous avons eu au printemps. »

En s’adressant directement aux Canadiens, le premier ministre a incité la population  à redoubler d’efforts pour limiter les dégâts.

« Le virus est en train de revenir en force dans plusieurs parties du pays. Dans nos quatre plus grandes provinces, la deuxième vague ne fait pas que commencer, elle est en cours », a-t-il souligné, rappelant que plus de 1000 cas ont été recensés au pays mardi dernier. 

« Ce n’est pas le temps de faire des partys. Personne n’est invincible. Et vos proches ne le sont pas non plus », a-t-il ajouté, en soulignant l’importance du port du masque et le respect des règles prescrites par les autorités sanitaires.

« Il est très probable que nous ne pourrons pas nous réunir pour l’Action de grâce, mais nous avons encore une chance pour Noël. Ensemble, nous avons les moyens de contrôler la deuxième vague », a-t-il poursuivi.

« Je sais que la lutte contre la COVID-19 a été difficile pour tous les Canadiens durant les 6 derniers mois. Pour trop de gens, c’est d’une question de vie ou de mort. Et pour nous tous, collectivement, c’est le combat de notre génération », a ajouté le premier ministre.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.