Publicité

26 septembre 2020 - 10:00

Projet de loi C-2

Trois nouvelles prestations pour remplacer la PCU

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Ottawa a déposé, jeudi, le projet de loi visant la création de trois nouvelles prestations pour soutenir les Canadiens qui ne sont pas en mesure de travailler pour des raisons liées à la COVID-19. 

Conditionnelles à l’obtention de la sanction royale, les nouvelles prestations offriront un soutien du revenu aux Canadiens tout en favorisant la reprise économique grâce à des mesures visant à les encourager à retourner travailler en toute sécurité. Le projet de loi comprend notamment :                                      

  • La Prestation canadienne de la relance économique de 500 $ par semaine pendant un maximum de 26 semaines pour les travailleurs indépendants ou ceux qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi et qui ont encore besoin d’un soutien du revenu. 
  • La Prestation canadienne de maladie pour la relance économique de 500 $ par semaine pendant un maximum de deux semaines pour les travailleurs qui sont malades ou qui doivent s’isoler pour des raisons liées à la COVID-19. Cette prestation appuie notre engagement à faire en sorte que tous les Canadiens aient accès à des congés de maladie payés.
  • La Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants de 500 $ par semaine par ménage pendant un maximum de 26 semaines pour les Canadiens admissibles qui sont incapables de travailler parce qu’ils doivent s’occuper d’un enfant de moins de 12 ans ou d’un proche dont l’école, le service de garde ou l’établissement de soins est fermé à cause de la COVID-19. Il en est de même si un enfant ou un proche est malade ou doit être placé en quarantaine.

« Les Canadiens ont fait preuve d’une force extraordinaire devant la pandémie de COVID-19 et nous savons que ce n’est pas terminé. Ce gouvernement demeure déterminé à soutenir les Canadiens. Ces mesures leur garantiront le soutien du revenu dont ils ont besoin, et nous permettront de fournir les ressources nécessaires à la lutte contre la COVID-19 », a laissé savoir, le vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland.

Demandes dès le 27 septembre

Les Canadiens pourront présenter des demandes pour la Prestation canadienne de la relance économique, la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique et la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants auprès de l’Agence du revenu du Canada pendant une année, soit jusqu’au 25 septembre 2021, et ce, à compter du 27 septembre.

Ces changements établiront également un seuil de prestation minimal à 500 $ par semaine pour tous les bénéficiaires de l’assurance-emploi, au même niveau que la Prestation canadienne de la relance économique.

« Depuis le début de la pandémie de COVID-19, ce gouvernement a fourni aux Canadiens le soutien dont ils ont besoin pour continuer à joindre les deux bouts tout en demeurant en sécurité. Grâce à ces nouvelles prestations, nous continuons de soutenir les Canadiens durant la prochaine phase de la relance. Combinées, ces prestations de relance visent à combler les lacunes en ce qui concerne l’admissibilité des Canadiens au soutien du revenu, de manière à ce que tous ceux qui ne peuvent pas travailler en raison de la COVID-19 y aient accès, et que personne ne soit laissé derrière. Si vous ne pouvez pas travailler et que vous n’êtes toujours pas admissible à l’assurance-emploi simplifiée, il existe un soutien adapté à vos besoins », a ajouté, Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.