Publicité

8 avril 2021 - 11:00

Coupe à blanc aux abords du bois de l’Équerre

L’Opposition officielle demande des comptes au comité exécutif de Laval

Par Salle des nouvelles

C’est avec stupeur que les résidentes et les résidents du quartier Champfleury de Laval ont constaté que la quasi-totalité des arbres d’un terrain situé à l’ouest du rang de l’Équerre et au nord du boulevard des Oiseaux avait été coupée pendant le congé pascal.

Un projet de développement immobilier est en train de prendre forme dans le secteur, soit près de quatre ans après que le comité exécutif a recommandé un changement de zonage permettant ainsi la construction de maisons unifamiliales isolées de deux étages. Une situation qui est loin de laisser indifférent le chef de l’Opposition officielle, Michel Trottier : « Encore une fois, l’administration Demers a manqué de transparence et a failli à son devoir d’information auprès de la population lavalloise. Il me semble que les résidentes, les résidents et les élus du secteur auraient pu être prévenus que des travaux s’en venaient, cela aurait été un strict minimum! »

Une autre gestion cavalière
Curieusement, à Laval, chaque fois que des arbres sont coupés de façon massive, l’administration Demers est pointée du doigt pour des lacunes du point de vue des communications faites aux citoyennes et aux citoyens.

« La même chose s’est produite l’année dernière sur l’avenue des Bois, et dans le quartier Val-des-Brises au mois d’octobre. On croirait que c’est le jour de la marmotte ! Les membres du comité exécutif n’apprennent-ils pas de leurs erreurs ? », critique Michel Trottier.

« En 2021, nous devons être plus exigeants en matière de protection de nos espaces boisés et réclamer qu’un certain pourcentage soit conservé.  Il n’est pas nécessaire de tout raser pour entreprendre un projet de construction.  Les arbres sont essentiels à notre santé et à la qualité de vie. Nous ne contestons pas le droit du propriétaire de faire son développement résidentiel, nous contestons l'absence de conditions avant d’autoriser les projets et de délivrer les permis », de répliquer le conseiller de Fabreville, Claude Larochelle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.