Publicité

11 septembre 2021 - 08:00

Racisme et lois discriminatoires lors du débat en anglais

« La nation québécoise est attaquée », dit François Legault

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

« La nation québécoise est attaquée », a déclaré le premier ministre François Legault au lendemain du débat en anglais des chefs fédéraux qui a donné lieu à un véritable procès des lois sur la laïcité et la langue française selon lui.

Répétant à plusieurs reprises qu’il a le devoir de protéger la nation québécoise et la langue française, M. Legault a qualifié d’inacceptable que la modératrice du débat, la présidente de l'Institut Angus Reid, Shachi Kurl, ait qualifié de discriminatoires la loi 21 sur la laïcité de l'État et le projet de loi 96 pour renforcer la protection du français.

« La nation québécoise est attaquée dans ses compétences, dans ce qu’il y a de plus important, la langue française et ses valeurs votées démocratiquement, appuyés par une majorité de Québécois. Le devoir du premier ministre, c’est de dire un instant. C’est inacceptable. Je ne m’excuserai certainement pas de défendre notre langue, nos valeurs, nos pouvoirs, c’est même mon devoir comme premier ministre du Québec. Je n’accepterai jamais qu’on nous des leçons. »

M. Legault a dit souhaiter que la Commission aux débats des chefs reconnaisse que la question de la modératrice était une erreur.

« Si le format l’avait permis, oui, j’aurais aimé que les cinq chefs disent que la question n’avait pas de bon sens. »

Le premier ministre a également répété ses attaques envers les libéraux, les néo-démocrates et les verts.

« Il y a trois partis actuellement qui ne veulent pas nous donner plus de pouvoirs en immigration, qui n’exclut pas de contester la loi 21 et qui s’amusent à s’ingérer en santé. Je demande aux Québécois de tenir compte de ça. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.