Publicité

1 décembre 2021 - 08:30

Des tests seront notamment imposés aux aéroports, sauf pour les Américains

Variant Omicron : Ottawa resserre davantage les mesures d’entrée au pays

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Ottawa a annoncé ce mardi d’autres mesures pour répondre à la menace que représente le variant Omicron de la COVID-19.

Lors d’un point de presse tenu sur la Colline du Parlement, le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, a notamment annoncé que tous les voyageurs en provenance ou ayant transité par le Nigeria, le Malawi et l'Égypte ne pourront plus venir au pays.

Cela porte à 10 le nombre de pays visés par la liste des pays dressée depuis vendredi dernier après l’Afrique du Sud, le Mozambique, le Botswana, le Zimbabwe, le Lesotho, l’Eswatini et la Namibie.

« Sur la base des informations publiques que nous avons de Santé Canada, a déclaré M. Duclos, il y a des craintes et un enjeu de transparence. Ce n’est pas une question de mauvaise foi, mais une question de capacité. Ces trois pays ont des difficultés à suivre ce que ce passe à leur frontière et il est plus difficile d’utiliser le modèle de protection. Ce n’est pas basé sur la nationalité, mais sur les séjours. »

Autre mesure : tous les voyageurs qui veulent entrer au Canada, sauf les Américains, devront se faire tester contre la COVID-19 à leur arrivée, qu'ils soient vaccinés ou non.

Malgré tout cela, le ministre Duclos affirme qu’il ne faut pas céder à la panique.

« Les gens ont toutes les raisons du monde d’avoir confiance parce qu’on fait les bonnes choses au pays depuis le début de la pandémie. On a une bonne couche de protection. On travaille beaucoup aussi avec nos partenaires étrangers. Il se peut aussi qu’on arrive à considérer que le variant est moins préoccupant que ne le pensais les experts. Les règles de voyage peuvent toujours changer, mais nous allons surveiller la situation de près. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.