X
Rechercher
Publicité

Organismes environnementaux

Des poubelles à déchets miniers?

durée 15h30
7 mars 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Des organismes environnementaux dénoncent une décision imminente du gouvernement du Québec de permettre à la minière Champion Iron de détruire huit lacs en y déversant des résidus miniers, et ce, malgré l’avis défavorable du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement du Québec (BAPE). 

Les organismes appellent Québec à ne pas aller de l’avant avec cette décision tout en adoptant un nouveau règlement qui interdirait clairement cette pratique.

« Cette décision irait totalement à l’encontre de l’avis même de nombreux experts indépendants qui proposaient des solutions de rechange pour éviter la destruction de lacs. Il ne faut pas, encore une fois, que Québec bulldoze la science et l’environnement au profit d’intérêts privés. », dénonce Rébecca Pétrin d’Eau Secours.  

« Comment le gouvernement et l’industrie peuvent-ils d’un côté prétendre vouloir fabriquer des éoliennes et des batteries vertes à partir de métaux du Québec, et de l’autre permettre de déverser des déchets miniers dans nos lacs? Ça n’a aucun sens. » déplore André Bélanger de Fondation Rivières.

Dans un rapport publié l’an dernier, le BAPE avait conclu que le promoteur « a fait des choix discutables » et « qu’il pourrait être techniquement et économiquement faisable de remblayer l’excès de résidus miniers grossiers dans la fosse » en évitant de détruire des lacs.

Dr. Steve Emerman de Malach Consulting et Dr. Michel Aubertin, professeur émérite au Département des génies civil, géologique et des mines à la Polytechnique, abondent dans le même sens dans des rapports techniques soumis au BAPE : « La minimisation de l’empreinte environnementale » et « la protection des écosystèmes aquatiques » devraient être des objectifs prioritaires.

Pour un nouveau règlement

Les organismes pressent Québec d’adopter un nouveau règlement qui interdirait clairement la possibilité de déverser des déchets miniers dans des lacs. 

« Québec ne doit pas être à la remorque du règlement fédéral. Nous sommes totalement d’accord avec la recommandation du BAPE pour que Québec se dote de son propre guide d’évaluation des solutions de rechange pour l’entreposage des résidus miniers. Le gouvernement Legault doit transformer sa simple directive environnementale en un règlement qui a force de loi. Il faut clairement interdire l’utilisation de lacs, de rivières et d’autres milieux hydriques pour l’entreposage des résidus miniers. »  conclut Alice-Anne Simard de Nature Québec.

Rappelons que le promoteur propose actuellement de détruire huit lacs et de nombreux milieux humides pour stocker des millions de tonnes de résidus miniers, dont un lac de 88 hectares.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


20 mai 2022

Souvenons-nous des femmes patriotes, une lettre ouverte de Luc Desilets

C’est au gouvernement péquiste de Bernard Landry qu’on doit l’instauration en 2002 de la Journée nationale des Patriotes. Remplaçant la fête de Dollard, elle est célébrée le lundi précédant chaque 25 mai. À l’occasion de la Journée nationale des Patriotes qui se tient cette année le 23 mai, je laisse à d’autres le soin d’écrire sur Chénier, ...

20 mai 2022

Feu vert à l’entente entre Hydro-Québec et Énergir

La Régie de l’énergie donne le feu vert au partenariat entre Hydro−Québec et le distributeur de gaz naturel Énergir, une entente qui avait été critiquée par des groupes de consommateurs et environnementalistes. L’entente, annoncée en juillet dernier, vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en convertissant à la biénergie des ...

19 mai 2022

L’économie québécoise perd de dizaines millions de dollars de retombées économiques chaque semaine

Reconnaissant que la grève illimitée des ingénieurs de l’État engendre des impacts financiers majeurs sur l’industrie de l’entretien des routes, Bitume Québec constate que ce conflit de travail entraîne une quasi-paralysie des activités reliées à la réhabilitation, au pavage et à l’entretien du réseau routier sous la responsabilité du MTQ. « Les ...