Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Résultats financiers 2021 de la ville de Laval

L’Opposition décrit la croissance des dépenses d’administration générale de la ville de Laval

durée 11h00
6 mai 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Au lendemain de la présentation des résultats financiers non consolidés de la ville de Laval pour l’année 2021, les représentants de l’Opposition, M. Claude Larochelle et Mme Louise Lortie, décrient la croissance effrénée des dépenses d’administration générale de la Ville, en hausse de près de 23,5 % par rapport à l’année précédente, alors que le taux de réalisation des projets et programmes municipaux est de plus en plus en bas.

Pour le chef par intérim de Parti Laval et conseiller de Fabreville, M. Claude Larochelle, il y a lieu de sonner l’alarme en lien avec les dépenses municipales : « Le rythme où augmentent les charges de la Ville est inexplicable. À une période où les bureaux étaient désertés et où plusieurs services étaient sur pause ou au ralenti, nos dépenses totales ont crû de 8,4 %. Le maire Boyer semble oublier que ce sont les citoyens qui payent ces dépenses ! »

Un budget gonflé et des projets sous-évalués

Les chiffres présentés aux élus et communiqués au public sont toujours comparés à un budget gonflé aux stéroïdes et rarement aux chiffres réels de l’année précédente. « Il y a un manque de transparence de la part de l’administration Boyer lorsque vient le temps d’expliquer les résultats. Il faut creuser et faire des calculs pour savoir ce qui s’est passé entre les résultats de cette année et ceux de l’an passé. C’est facile de se targuer de bons résultats financiers, de dire que des surplus ont été dégagés grâce à une gestion rigoureuse. Pourtant, plusieurs besoins ne sont pas comblés. Plus de dos d’âne et moins de nids de poule seraient déjà un bon début. », critique la conseillère municipale de Marc-Aurèle-Fortin, Mme Louise Lortie, qui y voit un grand manque de cohérence.

Le chef par intérim revient sur les chiffres qui ont été présentés publiquement : « Le maire se vante d’avoir dépensé 65 % du budget d’immobilisation alors que le taux de réalisation est en forte baisse par rapport à 2020. Ce que M. Boyer ne dit pas c’est que 65 % des sommes prévues ont été dépensées, mais ce ne sont pas 65 % des projets qui ont été réalisés. Il y a une immense différence entre le deux qui s’appelle le dépassement de coûts. Nos quartiers attendent toujours les projets annoncés en grande pompe, puis mis en pause depuis des années. Les dépenses de fonctionnement et les dépenses d’immobilisations augmentent pendant que la population attend patiemment après les services et la réalisation des projets. », dénonce Claude Larochelle.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 16h00

L’opposition s’inquiète de l’avenir du plan stratégique d’Hydro-Québec

L’avenir d’Hydro-Québec inquiète les partis d’opposition qui affirment qu’un flou demeure quant à la stratégie de la société d’État dans la foulée des départs de sa présidente-directrice générale, Sophie Brochu, et du chef d’exploitation, Éric Filion.  Le chef de l’opposition officielle, Marc Tanguay, a qualifié la situation à Hydro-Québec de ...

31 janvier 2023

Le mirage du recrutement d'infirmières qualifiées à l'étranger

Après avoir échoué à recruter des centaines de préposés aux bénéficiaires à l’international, le gouvernement de François Legault fait maintenant miroiter la même solution pour répondre à la pénurie d’infirmières. Si le passé est garant de l’avenir, les chances sont minces de voir affluer des milliers de professionnelles pour venir à la rescousse ...

30 janvier 2023

L'opposition veut de l'action du gouvernement en matière de recrutement en santé

Devant l'échec criant du gouvernement de la Coalition avenir Québec en matière de recrutement de préposés aux bénéficiaires à l'étranger, les partis d'opposition réclament des gestes concrets. Du côté de l'opposition officielle, le porte-parole en matière de santé André Fortin parle d'une situation « particulièrement désolante » puisque l'enjeu ...