Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Déclin de 18 % du nombre de personnes accidentées

Bilan routier du Québec: un portrait généralement meilleur en 2021

durée 14h30
17 mai 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le bilan routier de l’an dernier au Québec révèle un déclin de 18 % du nombre de personnes accidentées comparativement à la moyenne des cinq années précédentes, de 2016 à 2020.

La compilation dévoilée mardi par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) signale toutefois 347 morts sur les routes en 2021, une hausse de 0,7 % par rapport à la moyenne des cinq années précédentes, mais 1227 personnes blessées gravement, une baisse de 11 % par rapport à la même période précédente.

Le nombre de blessés légers a reculé considérablement d’une période à l’autre, de 18,5 %.

Le bilan de la SAAQ compare 2021 à la moyenne des années 2016 à 2020, la seule année 2020 s’étant avérée atypique en raison du contexte pandémique.

Les statistiques de l’an dernier permettent d’observer que quatre victimes décédées sur dix étaient des usagers de la route considérés vulnérables: des piétons, cyclistes, motocyclistes ou cyclomotoristes. Le total de 137 usagers vulnérables qui ont trouvé la mort dans une collision routière a constitué une augmentation de 5,2 % par rapport à la moyenne de 2016 à 2020.

La SAAQ a remarqué en 2021 une hausse de 2,3 % du nombre de véhicules en circulation; elle a été de 4,7 % pour les véhicules lourds, de 10,7 % pour les motocyclettes et de 11,1 % pour les cyclomoteurs, une combinaison qui peut expliquer, selon la société d’État, la détérioration du bilan des morts parmi les usagers vulnérables.

Le nombre de cyclistes accidentés a été de 1459, l’an dernier, en baisse de 77 par rapport aux cinq années précédentes, mais les 16 décès parmi eux ont représenté une hausse de 56,9 %. Entre−temps, le nombre de motocyclistes accidentées a baissé de 4,8 %, mais il y a eu 67 décès en 2021, 27,4 % de plus que la moyenne de 2016 à 2020. Parmi les cyclomotoristes, il y a eu 703 personnes accidentées, en hausse de 29,5 %.

En revanche, chez les piétons accidentés, il y a une amélioration de 19,4 % par rapport à la moyenne de 2016 à 2020 alors que les 52 morts de 2021 ont constitué une diminution de 20,7 % par rapport à la moyenne quinquennale.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, se dit très encouragé par l’amélioration du bilan routier en 2021, malgré la reprise des déplacements. À son avis, les investissements et les efforts consacrés à la sécurité routière fonctionnent. 

Pour sa part, le président et chef de la direction de la Société de l’assurance automobile du Québec, Denis Marsolais, fait part de sa préoccupation à propos des morts parmi les usagers vulnérables. Il indique qu’il y aura poursuite des efforts pour prévenir les collisions et tendre vers une amélioration du bilan routier. 

Jean−Philippe Denoncourt, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


3 février 2023

Vapotage chez les jeunes: Dubé prêt à sévir pour limiter l'accès

Le gouvernement Legault songe à limiter davantage l'accès aux produits de vapotage. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé entendre jeudi qu'il était inadmissible qu'autant de jeunes vapotent actuellement. Il réagissait à un reportage du quotidien Le Devoir indiquant qu'il est facile même pour les mineurs de se procurer des ...

2 février 2023

Commissaire à la langue française: QS fait volte-face, approuve le candidat de la CAQ

Québec solidaire (QS) effectue un changement de cap et consent désormais à ce que le philosophe Benoît Dubreuil devienne le tout premier commissaire à la langue française. Le parti de Gabriel Nadeau-Dubois s'était opposé l'année dernière à la nomination de M. Dubreuil, se disant en désaccord avec ses propos passés sur la langue et ...

2 février 2023

Bernard Drainville blâme les libéraux pour le manque d’enseignants dans les écoles

Questionné sur les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dans les écoles, Bernard Drainville renvoie la balle aux libéraux tandis que l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, admet des regrets sur les compressions en éducation.  M. Leitao a dit que, si c’était à refaire, il aurait été «plus modéré » dans le contrôle des dépenses ...