Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une situation critique et historique

Mortalité des abeilles: les apiculteurs réclament une aide d’urgence

durée 11h00
19 mai 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Les craintes des apiculteurs québécois se sont confirmées. Pour les aider à encaisser le choc d’une mortalité trois fois plus élevée que la moyenne, ils réclament une aide d’urgence du fédéral et du provincial.

Les membres des Apiculteurs et des apicultrices du Québec (AADQ) ont enregistré, en moyenne, une mortalité de 60 % dans leurs ruches, a dévoilé l’association en conférence de presse, mercredi. 

Au cours des cinq dernières années, ce taux avoisinait les 21 % dans la province.

L’été long en 2021 a créé les conditions propices à la propagation du varroa, un parasite qui attaque les abeilles. Le président des AADQ, Raphaël Vacher, a qualifié la situation «d’historique» et de «critique».

Le varroa ayant la particularité de se multiplier aux deux semaines, les conditions météorologiques ont permis au parasite de se multiplier davantage. «On s’est ramassé à l’automne avec des taux deux à quatre fois plus élevés dans nos ruches, raconte M. Vacher. C’est un exemple concret de l’impact des changements climatiques sur la production apicole.»

Il existe des traitements contre le varroa, mais la variété de traitements disponibles laisse à désirer, déplore l’apiculteur. Il estime qu’il faudrait davantage de recherche dans ce domaine, qui serait désavantagé par rapport aux autres cultures. Il ajoute qu’il existe deux traitements en Europe, qui ne sont pas accessibles au Canada. 

«Ces produits−là [ceux utilisés au Québec] sont là depuis très longtemps. Il peut y avoir des phénomènes de résistance qui vont apparaître, qui vont faire en sorte que les produits vont être moins performants.» 

La mortalité importante des abeilles survient en pleine flambée inflationniste des denrées alimentaires. Le malheur des apiculteurs pourrait se répercuter sur la facture d’épicerie des ménages, prévient M. Vacher. 

Les abeilles ne servent pas qu’à produire du miel. Elles sont des insectes pollinisateurs. L’impact est particulièrement grand pour les producteurs de bleuets à qui il manquera «entre 15 000 et 20 000 ruches» pour la pollinisation cette saison. 

«Il faut s’attendre à ce qu’il y ait moins de bleuets produits, moins de canneberges, moins de pommes, prévient M. Vacher. La conservation des fruits est moins longue quand il n’y a pas une bonne pollinisation. Il y a plus de parasites aussi.»

«Il y a beaucoup d’impacts qui vont se faire ressentir au niveau de l’assiette alimentaire des Québécois et des Québécoises», ajoute−t−il. 

Aide gouvernementale réclamée
Dans ces conditions, M. Vacher réclame une aide d’urgence de 12 millions $ conjointe de la part du fédéral et du provincial pour aider les apiculteurs, dont la plupart ont perdu plus de la moitié de leurs abeilles. 

«Imaginez les conséquences désastreuses sur ses liquidités. L’entreprise perd ses revenus, mais elle a les mêmes dépenses. S’il n’y a pas d’intervention de l’État, c’est certain qu’on risque de perdre ces entreprises−là.»

Un soutien gouvernemental permettrait aux entreprises de regarnir leurs ruches afin d’espérer une saison «plus normale» en 2023, plaide−t−il.

Le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, s’est dit «très préoccupé» par la situation, dans un courriel. Il a laissé la porte ouverte à une aide supplémentaire par le biais des programmes existants. «Je continue de suivre la situation de près. L’enquête sur la mortalité des ruches se poursuit et nous agirons à la suite des constats qui en découleront.»

Il n’a pas été possible d’avoir une réaction immédiate de son homologue fédérale, Marie−Claude Bibeau.

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


23 juin 2022

Assurance médicaments: gel de la prime maximale et de la franchise

Il n’y aura pas d’augmentation d’ici un an du montant maximal de la prime annuelle du régime public d’assurance médicaments (RPAM) du Québec, qui restera donc à 710 $ jusqu’au 30 juin 2023. La décision a été entérinée par le Conseil des ministres à la suite d’une recommandation du conseil d’administration de la Régie de l’assurance maladie du ...

22 juin 2022

Anne Casabonne est confirmée candidate conservatrice dans Iberville

Lors de la soirée en hommage à la carrière politique de la députée sortante, madame Claire Samson, le chef du Parti conservateur, monsieur Éric Duhaime, a confirmé la candidature d’Anne Casabonne dans la circonscription d’Iberville en vue des élections provinciales le 3 octobre prochain. Plus de 250 personnes étaient rassemblées à l’Érablière au ...

22 juin 2022

Sondage: les Québécois sont d'accord avec les chèques, selon Legault

Les Québécois aiment les chèques offerts par le gouvernement pour lutter contre l’inflation, déduit le premier ministre François Legault d’un sondage publié mercredi, en laissant miroiter des baisses d’impôt en 2023. Le coup de sonde Léger Marketing commandé par Québecor suggère pourtant que le gouvernement caquiste aurait baissé dans les ...