Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Parti conservateur du Québec

Éric Duhaime a dévoilé le slogan électoral de sa formation politique pour la campagne électorale 2022 : « Libres chez nous ! »

durée 18h00
5 juillet 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Mickael Couillerot, Journaliste

C’est devant le parlement que le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, a dévoilé ce matin le slogan électoral de sa formation politique pour la campagne électorale 2022 : « Libres chez nous ! ».

Alors qu’en 1960, le Québec voulait être davantage maître chez lui à l’intérieur du Canada, aujourd’hui, les Québécois souhaitent être plus libres chez eux, à l’intérieur du Québec. Le slogan du Parti conservateur du Québec se veut donc un clin d’œil au slogan qui a possiblement le plus marqué l’imaginaire québécois, soit celui de Jean Lesage, « Maîtres chez nous ».

Accompagné de candidat(e)s de la grande région de Québec, de Chaudière-Appalaches et de la Mauricie/Centre-du-Québec, Monsieur Duhaime a expliqué toute la signification du slogan qui marquera la campagne électorale des conservateurs et qui porte en lui tout ce que le parti propose aux Québécois :

« En 2022, le Parti conservateur du Québec propose de donner plus de liberté à tous les Québécois. Des travailleurs plus libres, à qui on laisse plus d’argent dans leurs poches grâce à nos baisses d’impôt. Des patients plus libres, qui peuvent se faire soigner au public et au privé, dans un système plus efficace, avec une assurance publique universelle. Des parents plus libres, qui peuvent choisir leurs garderies s’ils n’ont pas de places en CPE ou s’ils préfèrent un autre type de garde. Des Québécois plus libres, qui exploitent leurs hydrocarbures en vue de devenir autonomes en matière énergétique et ne plus dépendre du gaz et du pétrole étrangers. Des usagers du transport en commun plus libres, qui ont l’autobus gratuit à Québec plutôt qu’un inutile tramway qui coûte les yeux de la tête. »

« Libres chez nous ! », c’est respecter davantage la liberté de choix de chaque individu, plutôt qu’un gros gouvernement qui impose ses choix. « Libres chez nous » témoigne finalement d’une approche différente de celle des années 60. Alors que les aspirations du Québec étaient d’abord collectives, elles sont de nos jours plus individuelles et personnelles. On est animé par la même volonté d’améliorer la vie des Québécois, mais on veut le faire dans nos propres vies d’abord pour que s’additionnent les changements, plutôt que d’imposer le changement à partir d’en haut. », conclut Éric Duhaime.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

Voici les points saillants du budget fédéral présenté par Chrystia Freeland

Voici des points saillants du budget fédéral présenté mardi par la ministre des Finances, Chrystia Freeland: - Le déficit pour l’année financière 2023-2024 atteint 40 milliards $, soit exactement la limite que s’était fixée la ministre Freeland dans son énoncé économique de 2023. Pour 2024-2025, Ottawa prévoit un déficit de 39,8 milliards $. - ...

durée Hier 15h00

Mobilité du personnel en santé: «Nos objectifs n'ont pas changé», dit Christian Dubé

Appelé à commenter l'échec des pourparlers avec la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé savoir mardi que ses objectifs en matière de mobilité du personnel «n'ont pas changé». «Ce qu'on veut, c'est une certaine flexibilité pour être capable de bien servir nos patients et d'avoir un ...

durée Hier 14h00

La Ville appelle le Syndicat des cols bleus à prioriser ses demandes

Après avoir demandé une accélération du processus de négociation, la Ville de Laval a informé le Syndicat des cols bleus qu’à ce stade, une priorisation des demandes devenait nécessaire pour arriver à une entente négociée rapidement. Elle est prête à s’engager dans une telle démarche, pour autant que cela soit mené de façon réciproque par le ...