Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Indignation du ministre de la Justice

Un mot-clic misogyne dans les vidéos de Pierre Poilievre

durée 10h51
7 octobre 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le ministre de la Justice, David Lametti, était dans tous ses états jeudi midi après avoir appris que les vidéos du nouveau chef conservateur Pierre Poilievre comprenaient un mot−clic caché faisant référence à des mouvements misogynes.

«Je suis outré, je suis hors de moi. Honnêtement, j’ai un peu de misère maintenant à contrôler mes émotions», a−t−il lancé à sa sortie de la réunion du conseil des ministres.

Le réseau Global révélait en matinée que les 50 dernières vidéos Youtube de M. Poilievre comprenaient le mot−clic caché #mgtow, un acronyme pour «Men Going Their Own Way», qui signifie «Les hommes suivent leur propre chemin». Ce codage aide à faire la promotion des vidéos dans les réseaux de ce mouvement composé d’antiféministes qui veulent retirer les femmes de leur vie.

Dans une déclaration transmise à La Presse Canadienne, le bureau de M. Poilievre affirme que le chef «ignorait l’existence de ces balises intégrées». Il note qu’elles avaient été «mises en place et automatisées» afin d’accompagner chaque vidéo «au cours des quatre dernières années et demie».

«Les balises intégrées ont été immédiatement supprimées dès que son bureau en a eu connaissance. Il est évident que M. Poilievre condamne la misogynie et toutes les formes de haine en ligne», est−il écrit.

Or, selon le ministre Lametti, les conservateurs «s’avaient» et ont agi de façon «délibérée», «planifiée».

«Faire délibérément un lien entre la promotion d’une plateforme politique et les groupes incel (...), c’est non seulement complètement inacceptable dans notre pays, c’est dangereux, a−t−il lancé. C’est dangereux pour les femmes. Ce sont les groupes qui sont en train de promouvoir la haine contre les femmes.»

Quelques minutes plus tôt, le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré qu’il trouve «très préoccupant» qu’un parti politique ait tenté d’«alimenter les chambres d’écho incel où vous avez une rhétorique ouvertement violente envers les femmes».

La vice−première ministre, Chrystia Freeland, a quant à elle commenté à son entrée à la réunion un peu plus tôt alors que la nouvelle se répandait dans les couloirs comme une traînée de poudre.

«Je suis une féministe, une fière féministe. Je suis une mère», a−t−elle dit d’emblée.

Selon elle, chaque personne qui a «le grand privilège d’être élue dans ce Parlement» doit être «très clair» à reconnaître qu’il n’y a pas une véritable égalité au pays et que les femmes et les filles, particulièrement celles des minorités ethniques et religieuses, font face à des dangers ciblés.

Michel Saba, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Les députés du PQ n'ont pu entrer au Salon bleu aujourd'hui

Les trois députés du Parti québécois (PQ) n'ont pas pu entrer au Salon bleu jeudi matin, à l'Assemblée nationale. La sergente d'armes de l'Assemblée nationale leur a bloqué l'accès parce qu'ils n'avaient pas prêté serment au roi Charles III. Entre-temps, la nouvelle présidente de l'Assemblée nationale, Nathalie Roy, faisait une mise au point ...

30 novembre 2022

Le Québec veut une immigration 100 % francophone ou francotrope

Le Québec voudra sélectionner à l'avenir une immigration 100 % francophone ou francotrope, a précisé mercredi la ministre de l'Immigration, Christine Fréchette. Les francotropes peuvent avoir comme langue maternelle l'arabe, le vietnamien, le laotien, le créole, le catalan, le portugais, le roumain, l'espagnol ou le swahili. Selon la ...

30 novembre 2022

Discours inaugural: Legault veut s'attaquer au déclin du français

Le premier ministre François Legault mise sur un meilleur contrôle de l'immigration pour freiner le déclin du français à Montréal, une situation qu'il qualifie de «dramatique». Son objectif serait d'accueillir au Québec une immigration 100 % francophone, d'ici 2026. «C'est ça qu'on doit viser», en ce qui a trait aux immigrants de la catégorie ...