Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Itinérance et campements de sans-abris

« Laval gère le phénomène à l’aveuglette, il nous faut un état de situation et un plan! » - Claude Larochelle, chef par intérim de Parti Laval

durée 11h14
18 janvier 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Marie-Claude Pilon
email
Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

À la suite d’une série de publications, en début d’année, portant sur le phénomène des campements de sans-abris au Québec, nous apprenions que Laval n’avait ni portrait de la situation des campements sur son territoire ni plan en la matière. Mettant en lumière la gestion à l’aveugle de la ville face au phénomène de l’itinérance et l'impact croissant de la crise du logement sur celui-ci, le chef par intérim de Parti Laval, Claude Larochelle, a déposé un avis de proposition s’y rapportant lors de la première séance du conseil municipal de 2024.

Le chef de l’opposition y réclame une consultation auprès des organismes œuvrant en itinérance afin de faire un état de la situation à Laval et développer un plan d’action pour aider la population sans domicile fixe.

Laval doit agir autrement que par interdiction règlementaire

En décembre 2023, le projet de règlement L-12992 avait été reporté après que des questions posées par Parti Laval aient soulevé des doutes sur les effets du règlement. Celui-ci codifiait de nouvelles infractions comme la mendicité, la sollicitation, ainsi que les campements qui, selon Louise Lortie, conseillère municipale de Marc-Aurèle-Fortin, « visaient spécifiquement la population itinérante. »

« La hausse du coût de la vie, le manque de ressources communautaires et la crise du logement frappent durement les personnes les plus vulnérables de notre ville. Ça peut entraîner des répercussions sur le phénomène de l'itinérance et des campements, même si ce n'est pas toujours visible. Notre rôle, c’est d'aider ces personnes marginalisées qui se retrouvent parfois à la rue du jour au lendemain. Malheureusement, il semble qu’on préfère agir unilatéralement à Laval. Ni les organismes ni les spécialistes en la matière ne sont consultés, et toutes les responsabilités sont confiées au service de police, sans plan ni état des lieux. C’est inquiétant. Tout interdire par règlement n’aidera personne. En matière d’itinérance, il faut agir autrement », souligne Claude Larochelle.

Pour un plan concerté

Alors que l’on assiste à un étalement des campements de sans-abris à l’extérieur de Montréal, Laval peine à établir un portrait de la situation et un plan. « Déjà, plusieurs villes comme Sherbrooke, Québec et même Montréal se sont dotées de plan ou de stratégie en matière d’itinérance. L’itinérance est une responsabilité collective qui nécessite consultation et concertation. Nous devons agir avant qu’il ne soit trop tard », affirme le chef par intérim de Parti Laval à l’origine de la proposition qui sera débattue lors de la séance du mois de février.

« On doit travailler ensemble afin de trouver des réponses efficaces, mais surtout humaines et ancrées dans la réalité d’aujourd’hui pour répondre au phénomène de l’itinérance et des campements de sans-abris qui font couler beaucoup d’encre ces derniers temps » d’ajouter la conseillère de Marc-Aurèle-Fortin Louise Lortie.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 mai 2024

Rapport financier 2023 : Parti Laval demande au maire de rectifier le tir

Notre média reproduit intégralement le communiqué du parti de l'opposition au conseil municipal, Parti Laval.  Au lendemain de la publication du rapport du maire de Laval concernant le Rapport financier annuel 2023, les représentants de Parti Laval, Claude Larochelle et Louise Lortie, décrient le manque de transparence de l’administration Boyer. ...

13 mai 2024

Action Laval considère que le maire s'oppose à plus de transparence

Notre média reproduit intégralement le communiqué du parti de l'opposition au conseil municipal, Action Laval.  En réponse à la proposition de mettre sur pied un Comité de Finances publiques du conseiller municipal du district Saint-Bruno pour Action Laval, David De Cotis, le Maire s’y est radicalement opposé, préférant réserver ce droit au ...

10 mai 2024

Transport en commun: l'UMQ demande plus de financement du gouvernement fédéral

Confrontée au gouvernement caquiste dans des négociations difficiles pour financer le transport en commun, l'Union des municipalités du Québec (UMQ) interpelle le fédéral. Au cours d'un sommet sur le transport collectif, qui se déroule vendredi  à Drummondville, le président de l'UMQ, Martin Damphousse, a affirmé qu'on ne parle pas du ...