Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Il n'a pas donné plus de détails sur une possible loi en ce sens

Le ministre Lionel Carmant n'exclut pas de légiférer sur l'utilisation des écrans

durée 09h00
9 avril 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Le gouvernement Legault n'exclut pas de légiférer sur l'utilisation des écrans pour les jeunes et les familles. C'est ce qu'a laissé entendre le ministre responsable des Services sociaux, Lionel Carmant, lors d'une allocution lundi matin à Montréal. 

De passage au Symposium international Métavers et santé, M. Carmant a fait savoir que le gouvernement entamera bientôt sa réflexion pour la deuxième Stratégie québécoise sur l'utilisation des écrans et la santé des jeunes. 

«On veut une version qui est très adaptée à la réalité québécoise, a déclaré M. Carmant. (...) Et je vous le dis d'emblée, rien n'est exclu. S'il faut légiférer, on légiférera.» 

Il n'a pas donné plus de détails sur une possible loi, mais il a souligné que «tout est une question d'équilibre entre sensibiliser la population et bien développer la compétence numérique des jeunes». 

Au Québec, en 2020, 59 % des jeunes âgés de 13 à 17 ans utilisaient internet plus de 10 heures par semaine, un taux de 27 % chez les 6 à 12 ans. 

Selon les données de l’Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, 18 % d'entre eux ont souvent ou très souvent du mal à s’arrêter lorsqu’ils naviguent sur internet. De plus, 10 % des jeunes rapportent avoir souvent ou très souvent essayé de passer moins de temps sur internet, sans y parvenir. 

Ces données montrent aussi que 45,5 % des élèves du secondaire dépasseraient la recommandation associée à leur tranche d’âge en ce qui a trait à l’utilisation des écrans dans leurs temps libres. Cela vaut autant pour des utilisations passives (visionnement de séries, de films ou de vidéos) que pour des utilisations actives ou interactives (jeux vidéo, clavarder ou naviguer sur internet).

«Il faut absolument accompagner nos jeunes dans l'utilisation de ces technologies afin qu'ils puissent en comprendre les risques et les utiliser adéquatement. C'est un pan important de ce que je vois comme notre rôle en tant que gouvernement, (...) les amener à avoir une réflexion sur leur propre consommation d'écrans», a déclaré le ministre Carmant. 

Il a fait valoir l'importance d'améliorer les données en santé mentale «tant chez les jeunes que chez les moins jeunes».

Le ministre a souligné que les recherches actuelles démontrent que les réseaux sociaux sont en train de transformer la manière dont les gens se perçoivent, et que cela exacerbe les problèmes d'anxiété et de santé mentale en général. «Sans parler des complications reliées au sommeil de nos jeunes qui utilisent les médias sociaux bien après l'heure du coucher», a-t-il ajouté. 

Le gouvernement Legault s'est déjà attaqué aux enjeux que posent les écrans dans les milieux scolaires. Depuis cette année, le Québec est devenu la deuxième province après l'Ontario à interdire les cellulaires en classe. «Je pense que c'était la bonne solution, mais il y a beaucoup d'autres décisions qui doivent être prises assez rapidement», a commenté M. Carmant. 

Dans la Stratégie québécoise sur l'utilisation des écrans et la santé des jeunes 2022-2025, l'emphase était surtout mise sur la sensibilisation. Elle rappelait entre autres que les enfants 0-2 ans ne devraient jamais être exposés à des écrans et qu'après cet âge l'utilisation des écrans devrait être limitée à une heure par jour jusqu'à l'entrée à l'école.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l'Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l'unique responsable des choix éditoriaux.

Katrine Desautels, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


21 mai 2024

Action Laval veut que le maire contrôle ses dépenses

Le conseiller municipal du district Saint-Bruno,  David De Cotis, en compagnie du chef intérimaire d’Action Laval et conseiller municipal du district Val-des-Arbres,  Achille Cifelli, réagissaient aux arguments du Maire pour voter contre la proposition de geler les taxes pour le budget 2025 dans la Ville de Laval. Considérant que plutôt que de ...

14 mai 2024

Rapport financier 2023 : Parti Laval demande au maire de rectifier le tir

Notre média reproduit intégralement le communiqué du parti de l'opposition au conseil municipal, Parti Laval.  Au lendemain de la publication du rapport du maire de Laval concernant le Rapport financier annuel 2023, les représentants de Parti Laval, Claude Larochelle et Louise Lortie, décrient le manque de transparence de l’administration Boyer. ...

13 mai 2024

Action Laval considère que le maire s'oppose à plus de transparence

Notre média reproduit intégralement le communiqué du parti de l'opposition au conseil municipal, Action Laval.  En réponse à la proposition de mettre sur pied un Comité de Finances publiques du conseiller municipal du district Saint-Bruno pour Action Laval, David De Cotis, le Maire s’y est radicalement opposé, préférant réserver ce droit au ...