Publicité

30 mars 2013 - 05:40

La Grande récolte pour les enfants lance un cri du cœur

Par Ève Lévesque/Agence QMI

LAVAL - 

Pour venir en aide aux 21 000 bambins de la grande région de Montréal qui souffrent chaque jour de la faim, la Grande récolte pour les enfants 2013 souhaite amasser 80 000 $. Toutefois, à peine 8000 $ ont été récoltés jusqu'à présent, un chiffre qui fait craindre le pire aux organisateurs.

 

Les objectifs de la campagne, qui réunit les moissons de Montréal, de Laval et de la Rive-Sud, sont fixés à 80 000 $ en dons monétaires et à 22 000 kg de denrées. «Des objectifs très conservateurs, soutient M. Michaud. Chaque mois, c’est comme si le Centre Bell se remplissait d’enfants qui n’ont pas assez de couches, pas assez de lait ni de petits pots de purée.»

Moins de 1 % de ce que Moisson Montréal reçoit chaque année est destiné aux tout-petits.

«Nous le savons que les gens sont extrêmement sollicités, de toutes parts, reconnaît Dany Michaud, directeur général de Moisson Montréal. Mais quand on parle de 21 000 enfants, de 0 à 5 ans, il faut agir.»

En vue de Pâques, qui sera célébré ce dimanche, M. Michaud lance un message à la population. «On va donner des dizaines de chocolats à nos enfants. On va aller au restaurant. L’abondance sera partout. Est-ce qu’on pourrait se passer d'un de ces chocolats? Ou se priver d’un café latté, pour ces enfants qui n’ont rien dans leur assiette?»

Moins de 1 % de ce que Moisson Montréal reçoit chaque année est destiné aux tout-petits. «Ce besoin-là existe à longueur d’année», déplore le directeur de Moisson Montréal.

La Grande récolte pour les enfants se poursuit jusqu’au 7 avril. L’an dernier, la première édition de l’événement avait permis d’amasser 44 000 $ et 6000 kg de denrées.

Il est possible de contribuer en ligne au www.granderecolte.com, ou de déposer des denrées dans l’un des 17 points de chute dans la grande région de Montréal.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.