Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

PHOTOS ET VIDÉO : Le sauvetage sur glace à Laval, une course contre la montre

Chargement du vidéo
durée 13h25
9 janvier 2015
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Fanny Arnaud
email
Par Fanny Arnaud, Journaliste

Voir la galerie de photos

Chaque minute compte pour sauver une personne tombée dans des eaux glacées.

C'est pourquoi les recrues du Service de sécurité incendie de Laval continuent leur formation sur la rivière des Prairies, à Laval.

Hier, le lieutenant Sylvain Jalbert enseignait à son groupe comment évacuer une victime qui serait tombée à l’eau.

Il explique que les pompiers ne disposent que de 1 à 2 minutes avant que la victime n’ait plus de force. C’est pourquoi ils s’entraînent non seulement à intervenir rapidement sur la glace, mais également à diminuer le temps de préparation à la caserne.

“L’équipement doit être disposé correctement et chacun doit savoir ce qu’il doit faire”, dit le lieutenant.

Suicides et accidents

Tous les hivers, le Service de sécurité incendie de Laval reçoit entre 80 et 100 appels nautiques. Il ne s’agit pas toujours de personnes tombées à l’eau mais parfois aussi d’individus qui se déplacent sur la glace sans précautions en raquettes ou en ski de fond.

Le lieutenant Jalbert évoque également les cas de suicide.

Selon lui, il arrive que des individus désespérés se jettent du pont Lachappelle. Dans ce cas, il explique qu’il faut ajouter à l’hypothermie un éventuel traumatisme, car la personne a fait une chute importante et il se peut qu’elle ait des membres brisés. C’est pourquoi les pompiers sont formés à stabiliser les victimes.

Imprévisible

Selon la Société de Sauvetage, la glace est surnoise.

En effet, elle explique que si une surface est sécuritaire, elle peut devenir dangereuse le lendemain voire quelques heures après car les surfaces gelées sont très sensibles aux changements climatiques.

“Un simple vent peut déplacer les surfaces de glace et laisser d’immenses trous à des endroits insoupçonnés,” explique-t-elle.

 

 

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Travailleurs de l'ombre et métier méconnu du public, les technologistes médicaux sont essentiels pour traiter les patients. Toutefois, une «pénurie critique» de technologistes sévit présentement au Québec, ce qui engendre des retards dans le réseau de la santé.  Les analyses effectuées par les technologistes médicaux permettent au médecin de ...

durée Hier 9h00

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...