Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
24 juin 2018 - 14:00 | Mis à jour : 14:16

L’attraction et la rétention du personnel au cœur des négociations au CISSS de Laval

Au lendemain d’une déclaration du ministre Gaétan Barrette sur les ondes de TVA, reconnaissant l’existence d’une pénurie de personnel dans le réseau de la santé et des services sociaux, le personnel professionnel et technique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval (CISSSL) dénonce le refus de l’établissement d’offrir des conditions de travail favorisant l’attraction et la rétention des salariés.

Dans le cadre des négociations en cours, la partie patronale veut imposer des reculs susceptibles de rebuter les candidat·e·s aux nombreux postes à combler pour répondre aux besoins de la population lavalloise. La tentation d’opter plutôt pour des postes dans d’autres régions ou dans le secteur privé n’en sera que plus forte.

« L’employeur entend exiger des salariés des disponibilités déraisonnables, limiter davantage le choix de vacances et complexifier le processus de dotation de poste, déjà alourdi depuis la création du centre intégré », indique la représentante nationale de l’APTS à Laval, Caroline Letarte-Simoneau.

« De plus, il refuse de s’engager à remplacer le personnel absent, exposant à une surcharge de travail celles et ceux qui demeurent en poste. Sans compter qu’on refuse aux salariés la prise de congés préventifs », poursuit la porte-parole syndicale. Ces choix de gestion ont pour effet d’accroître le nombre d’absences pour maladie, un résultat coûteux pour le CISSSL.

Le syndicat demande en outre à la direction de s’engager à respecter l’autonomie professionnelle de son personnel qualifié, une mesure qui contribue à la satisfaction au travail et à limiter le roulement de personnel.

« Nos demandes vont dans le sens d’une plus grande stabilité pour nos membres, qui se traduira nécessairement par une continuité et une meilleure qualité des services pour la population. Le négociateur externe démissionnaire étant remplacé par des porte-paroles internes, nous espérons plus d’ouverture du côté patronal de manière à pouvoir convenir d’une entente qui réponde autant aux attentes des salarié·e·s qu’aux besoins croissants de la population lavalloise », conclut Caroline Letarte-Simoneau

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.