Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 septembre 2018 - 10:52

L'AFPAD appuie la création d'un registre public de délinquants sexuels

Par Salle des nouvelles

L’Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD) est en faveur de la création d’un registre public de délinquants sexuels et étaite présente à la Marche blanche initiée par Sophie Dupont à Québec le samedi 15 septembre afin de réclamer avec des centaines de victimes et leurs familles la mise en place d’un tel registre pour le Québec.

Selon l'AFPAD, le Québec accuse un retard car plusieurs provinces canadiennes ont déjà un registre public de délinquants sexuels. Pourtant, toujours selon l'organisation, le Québec présente un des taux de criminalité les plus élevés liés à la délinquance sexuelle envers les enfants. « Est-ce que la sécurité de nos enfants est moins importante pour nos politiciens québécois? Il est grand temps que tous les partis politiques prennent position face à ces crimes haineux », souligne Darlene Ryan, porte-parole pour l'AFPAD)

Une grande majorité de crimes sexuels répertoriés au Canada le sont malheureusement au Québec.

Nous nous devons de protéger les victimes les plus vulnérables. Il ne s’agit pas d’une chasse aux sorcières, mais un registre public administré par des professionnels du système carcéral, policier et de la justice pourrait prévenir les bris de condition et les récidives qui ont des impacts désastreux. L’Ontario et la Colombie Britannique ont démontré que des arrestations préventives ont sauvé plusieurs victimes potentielles, poursuit la porte-parole.

À propose de l'AFPAD

Depuis sa fondation en 2005, l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD) représente plusieurs centaines de familles au Québec et entend poursuivre sa mission par le développement de nouveaux services et d’outils permettant à ses membres de briser l’isolement et de développer entre eux un lien de solidarité.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.