Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 octobre 2018 - 11:53 | Mis à jour : 12:01

Le Centre d’écoute de Laval s’associe à la première Journée de l’écoute au Québec

Par Salle des nouvelles

Le 24 octobre aura lieu la première Journée de l’écoute au Québec sous le thème Et si on s’écoutait ? 

Pendant la journée, nous organiserons différentes activités sur le territoire Lavallois pour souligner l’importance de l’écoute et sensibiliser les citoyens de la province à l’importance de mieux écouter. Les 21 autres centres d’écoute de l’Association des centres d’écoute téléphonique du Québec (ACETDQ) en feront autant dans les autres régions du Québec. Pour cette première année, Florence K a accepté d’être porte-parole.

Pierre Plourde, coordonnateur de l’ACETDQ, espère que cette journée pourra ouvrir les yeux du grand public sur cette réalité : « Jeune ou vieux, homme ou femme, tout le monde peut connaître un moment de détresse ou de confusion. On peut être mêlé, se sentir mal dans sa peau, avoir l’impression de perdre pied. Dans ces moment-là, c’est important d’être écouté, sans jugement. »

Brigitte Morin, coordonnatrice, ajoute ceci : « Depuis 1998, nous sommes aux premières loges pour voir le besoin d’écoute dans notre région. L’année dernière, nos 40 écoutants bénévoles formés ont répondu à plus de 6000 appels nécessitant une écoute empathique. Cette écoute, sans jugement, nous l’offrons au Centre d’écoute de Laval. »

Qu’est-ce que l’écoute active?

L’écoute active, c’est une approche d’intervention non interventionniste. Probablement la plus difficile des approches. Parce qu’il faut croire que la personne trouvera ses propres solutions, fera le chemin par elle-même. Il faut se voir comme un guide et non comme un sauveur. Il faut se débarrasser de la cape du superhéros pour être là en soutien.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.