Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 décembre 2018 - 07:00

Dévoilement de l’œuvre musicale Lux Aeterna en hommage aux victimes de la tuerie de l’École Polytechnique de Montréal

Par Salle des nouvelles

Le jeudi 6 décembre a eu lieu le dévoilement de la composition pour chœur et carillon intitulée Lux Aeterna, en présence du maire de Laval, Marc Demers, de la compositrice, Estelle Lemire et de représentantes de la Table de concertation de Laval en condition féminine et de la Table de concertation en violence conjugale et agressions à caractère sexuel de Laval.

Pour l’occasion, la chorale de la Faculté de musique de l’Université de Montréal, sous la direction du chef de chœur Raymond Perrin, a accompagné l’envolée des cloches. Quatorze femmes et fillettes, appartenant au réseau d’ingénieures [email protected] et au milieu communautaire, ont déposé des roses blanches au pied du carillon en mémoire des victimes.

« Cette œuvre originale rend hommage aux 14 femmes ayant perdu la vie lors de la tuerie de l’École Polytechnique de Montréal le 6 décembre 1989 et se veut un message d’espoir et de solidarité. Elle invite les Lavalloises et les Lavallois à se recueillir un instant, à se remémorer la tragédie, et ce, au cœur même du campus lavallois de l’Université de Montréal », a déclaré le maire de Laval, Marc Demers.  

« Cette idée de la Table de concertation de Laval en condition féminine et la Table de concertation en violence conjugale et agressions à caractère sexuel de Laval nous permet de se remémorer ce tragique événement, mais aussi de réfléchir, de façon plus générale, aux violences faites aux femmes », a fait valoir Sandra El-Helou, conseillère municipale de Souvenir-Labelle et responsable de la Condition féminine.

« Cette trace permanente inaugurée aujourd’hui donne un espace de recueillement et de solidarité au mouvement des femmes lavallois. Vingt-neuf ans après la tuerie de Polytechnique, nous jugeons plus pertinent que jamais de se mobiliser contre les violences sexistes », a souligné Marie-Ève Surprenant, coordonnatrice de la Table de concertation de Laval en condition féminine.

« Il est important de se mobiliser afin de contrer toutes formes de violence envers les femmes. Dorénavant, les Lavalloises et les Lavallois pourront, au son de cette œuvre, se souvenir des 14 femmes tuées à la Polytechnique ainsi que de toutes les femmes victimes de violence » a mentionné Mélanie Guénette, coordonnatrice de la Table de concertation en violence conjugale et agressions à caractère sexuel de Laval.

À propos de l’œuvre

Dans une perspective de commémoration, d’harmonie et d’espoir, la composition a été conçue spécialement pour le carillon de la Place Claude-Léveillée. L’œuvre se découpe symboliquement en 14 sections ponctuées d’autant de points de suspension et se terminant par une envolée au carillon.

Rappelons que la Ville avait organisé, en mars 2018, un appel à projets dédié aux compositrices québécoises professionnelles. L’œuvre originale d’Estelle Lemire a été sélectionnée parmi les 14 candidatures reçues.

L’œuvre pourra être entendue le 6 décembre pour les cinq prochaines années et sera ajoutée à la collection d’art public de la Ville de Laval.

À propos de l’artiste

La compositrice  Estelle Lemire a fait ses études supérieures au Conservatoire de musique de Montréal. Son catalogue comporte une cinquantaine d’œuvres jouées, notamment par l’Ensemble contemporain de Montréal, par la Société de musique contemporaine du Québec, par Radio-Canada et CBC, ainsi que dans divers festivals au Canada et en Europe. Elle a reçu des bourses du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.