Publicité
15 décembre 2018 - 11:07

Le micropuçage obligatoire pour les animaux repoussé d’une année

Les gardiens d’animaux lavallois auront une année supplémentaire pour faire micropucer leur chat ou leur chien pour ainsi se conformer à la réglementation municipale. Ce matin, le conseil municipal a adopté la modification réglementaire reportant au 1er janvier 2020 l’entrée en vigueur du micropuçage obligatoire sur le territoire.

« Nous avons entendu les préoccupations des Lavallois qui souhaitaient bénéficier de temps additionnel pour se conformer à la réglementation. Ceci dit, la réponse des Lavallois à cette pratique est déjà positive. En effet, pour l’année 2018, 4 400 animaux ont été micropucés dans le cadre de l’une des 14 cliniques que nous avons tenues, en partenariat avec l’Association des Techniciens en Santé Animale du Québec », a mentionné Sandra Desmeules, conseillère de Concorde-Bois-de-Boulogne, membre du comité exécutif et responsable des dossiers liés à la gestion animalière.

Le micropuçage en bref

  • La micropuce permet d’identifier rapidement l’animal en cas de perte ou de vol et de régler les litiges concernant l’appartenance à un propriétaire;
  • Lorsque scannée, la micropuce affiche un code alphanumérique unique lié aux coordonnées du propriétaire de l’animal;
  • Une seule implantation est nécessaire et celle-ci sera valable durant toute l’espérance de vie de l’animal.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.