Publicité
11 avril 2019 - 08:00 | Mis à jour : 15:11

Semaine nationale du don d'organes et de tissus

Plus de 800 Québécois toujours en attente d'une transplantation

Par Salle des nouvelles

Actuellement, 805 Québécois sont en attente d'une transplantation d'organes. Transplant Québec profite de la Semaine nationale du don d'organes et de tissus 2019, qui se tiendra du 21 au 28 avril,  pour sensibiliser la population à la cause. Saviez-vous qu'une seule personne qui consent à donner ses organes peut sauver jusqu'à huit vies et redonner la santé à 20 personnes par le don de tissus?

En 2018, de nombreux progrès ont été réalisés au Québec :

  • Le nombre des personnes en attente d’une transplantation a diminué de près de 40 %, soit 500 personnes de moins sur la liste d’attente.
  • 164 donneurs ont permis de transplanter plus de 537 organes.

Les centres hospitaliers ont identifié et référé à Transplant Québec plus de 755 donneurs potentiels, soit une augmentation de 14 % en comparaison à l’an dernier.

Depuis 2009, ce nombre est en constante progression, ce qui témoigne des efforts déployés par Transplant Québec pour former les professionnels de la santé à identifier de possibles donneurs.

Néanmoins, beaucoup de travail reste à faire pour prévenir des décès pourtant évitables. Les efforts de sensibilisation doivent donc se poursuivre afin que les Québécois connaissent et utilisent les outils à leur disposition pour consentir au don d’organes et de tissus. Soulignons aussi qu’il n’y pas d’âge pour donner : le donneur le plus âgé au Québec avait 92 ans.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.