Publicité
9 octobre 2019 - 06:00

Vernissage le 17 octobre

Le Centre d'interprétation de l'eau dévoile l'exposition "Soif: Réflexions sur l'eau"

Par Salle des nouvelles

Le Centre d'interprétation de l'eau (C.I.EAU) a annoncé le dévoilement d'une nouvelle exposition temporaire intitulée "Soif: Réflexions sur l'eau" réalisée par l'artiste Emily Rose Michaud. Un vernissage est prévu le jeudi 17 octobre.

Cette exposition multidisciplinaire a pour thème l'exploration du rôle physique, émotionnel et spirituel de l'eau dans nos vies. Elle présente notamment deux séries de dessins en développement depuis février 2019, dont l'une est inspirée des inondations du printemps 2019 québécois. 

 

La mise en valeur de paysages marginaux

Emily Rose Michaud est une artiste et éducatrice interdisciplinaire qui œuvre au carrefour de l’organisation communautaire, de l’écologie et de la participation citoyenne. Son art met en relief l’importance des paysages marginaux au sein de la société, s’associe à la terre comme à un être vivant et s’exprime par le biais de moyens d’expression éphémères. Sa production artistique est variée et impressionnante. 

Le C.I.EAU est situé à l’intérieur même de la station d’eau potable Sainte-Rose à Laval. Cet organisme sans but lucratif a pour mission de promouvoir la protection et l’utilisation responsable de l’eau et il accomplit sa mission à l’aide de son exposition permanente, de son offre pédagogique en laboratoire et de toutes ses autres activités d’animation. Le C.I.EAU s’adresse à un public curieux d’en apprendre sur cette ressource.

 

Le vernissage aura lieu le jeudi 17 octobre à 19h au C.I.EAU (12 rue Hotte, Laval, H7L 2R3). L'entrée est gratuite et ouverte à tous. Questionnements et discussions artistiques sont au rendez-vous.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.