Publicité
1 novembre 2019 - 09:00

Dons au profit de la Fondation Martin-Matte, personnes vivant un traumatisme crânien

Le calendrier des maîtres-chiens 2020, pour la bonne cause

Par Salle des nouvelles

Entouré de nombreux partenaires, le service de police de Laval (SPL) a dévoilé l'édition 2020 du calendrier de ses maîtres-chiens au profit de la Fondation Martin-Matte. Débuté en 2009, la vente des calendriers a permis de remettre près d’un demi-million de dollars à la Fondation, contribuant ainsi à financer des activités de loisir et de répit aux personnes vivant avec un traumatisme crânien sur le territoire de Laval.

Une somme modique pour "faire la différence"

Pour l’occasion, le directeur du SPL a tenu à souligner l’engagement de l’équipe des maîtres-chiens : « Nous sommes fiers d’offrir aujourd’hui aux Lavallois un calendrier magnifiquement produit. Depuis plus d’une décennie, les membres de la section cynophile se dévouent pour offrir un avenir meilleur aux victimes d’un traumatisme crânien et leur famille. Nous invitons la population à se procurer un calendrier pour la modique somme de 5 $ et ainsi faire une différence pour ceux dans le besoin ».

Le SPL s'associe à cette cause depuis le décès du maître-chien Éric Lavoie, des suites d'un traumatisme crânien. Il s'était blessé lors d'un accident de la route alors qu'il répondait à un appel d'urgence. Chaque jour, dix Québécois perdent leur autonomie à la suite d'un traumatisme crânien, dont au moins la moitié en lien avec un accident de la route.

Les calendriers sont disponibles dès maintenant à l'édifice Valérie-Gignac (3225, boulevard Saint-Martin Est), aux postes de quartier ainsi qu'au Quartier général du Service de police de Laval (2911, boulevard Chomedey). Il est aussi possible de s’en procurer dans de nombreux commerces sur le territoire de Laval ou en le commandant sur le site Web de la Fondation Martin-Matte.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.