Publicité
21 novembre 2019 - 06:00

Pur une marche solidaire

La Journée internationale des droits de l’enfant a réuni 800 personnes

Par Salle des nouvelles

Plus de 800 enfants, parents, citoyens, organismes communautaires et élus ont marché à Laval hier matin pour souligner la Journée internationale des droits de l’enfant. En tant que Municipalité amie des enfants (MAE), la Ville célèbre annuellement cette journée spéciale par une levée du drapeau et par la commémoration de l’adoption par les Nations unies de la Déclaration des droits de l’enfant et de la Convention relative aux droits de l’enfant.

« À Laval, les familles sont au cœur de nos priorités et de nos décisions, a souligné Aline Dib, conseillère de Saint-Martin et responsable des dossiers relatifs à l’enfance et à la famille. Cela se traduit par notre offre de loisirs, de programmes et par nos politiques municipales, qui favorisent le développement global des petits Lavallois. Cette journée est l’occasion de reconnaître que les enfants sont des êtres à part entière et qu’ils ont le droit de jouir d’une enfance en sécurité et sans violence ».

Les participants à cette grande marche sont partis de l’école Les Quatre-Vents et se sont rendus jusqu’au parvis de l’hôtel de ville, où Marc Demers, maire de Laval, Paolo Galati, président de la commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier et conseiller municipal de Saint-Vincent-de-Paul, Céline Blanchette, commissaire à la Commission scolaire de Laval et Chantal Gignac, directrice de la Maison des enfants Le Dauphin, les ont accueillis avec enthousiasme. S’en est suivi une brève cérémonie où cinq enfants ont lu des extraits de la Convention.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.