Publicité
26 novembre 2019 - 06:00

Rendre les routes sécuritaires

"CoDeBars" : des boissons sans alcool offertes aux conducteurs désignés

Par Salle des nouvelles

À l’approche de la période des fêtes, le Service de police et de nombreux bars de Laval s’unissent afin d’offrir des consommations non alcoolisées gratuites aux conducteurs désignés. Un concept proactif qui vise principalement le groupe d’âge des 18 à 25 ans.

La démarche de CoDeBars, qui a vu le jour en avril 2017 à Sherbrooke, vise à privilégier le rôle du conducteur désigné pour prévenir la conduite avec les facultés affaiblies en faisant appel à la collaboration des tenanciers de bars. « La conduite avec les facultés affaiblies est une préoccupation chez nous et elle est partagée avec un nombre marqué de tenanciers de bars de Laval. Le concept de CoDeBars est intéressant puisqu’il contribue à mettre de l’avant le rôle du conducteur désigné en lui offrant les moyens de fêter de façon responsable et ainsi rendre nos routes plus sécuritaires pour tous », a affirmé le directeur du Service de police de Laval, M. Pierre Brochet.

Un bracelet, deux amis, des boissons non alcoolisées gratuites

Le concept de CoDeBars est simple : un conducteur désigné, accompagné d’au moins deux amis, recevra à son arrivée au bar participant un bracelet qui lui permettra d’obtenir gratuitement des consommations non alcoolisées, déterminées par les tenanciers, durant toute la soirée, et ce, au même rythme de consommation des amis qui l’accompagnent.

Si les jeunes de 18 à 25 ans sont particulièrement visés, le projet s'adresse à toute la population. Chaque débit de boisson participant a d'ailleurs reçu une trousse de départ contenant des affiches, des bracelets et des estampes pour identifier les conducteurs désignés.

La liste des 24 établissements participants peut être consultée sur le site dédié à cet événement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.