Publicité

5 juin 2020 - 07:45

COVID-19 : les services de livraison alimentaire en pleine croissance

D'après un rapport du Département des affaires économiques et sociales de l’ONU, la crise du coronavirus pourrait contracter l’économie internationale d'environ 1 % en 2020, alors que celle-ci aurait du croître de 2,5 %.

Les activités les plus fragilisées étant l’hôtellerie, le transport, le commerce au détail et le loisir. Selon l'Organisation internationale du travail, la pandémie supprimerait ainsi à terme près de 25 millions d’emplois sur toute la planète.

Si la crise du coronavirus a impacté négativement de nombreuses activités professionnelles, la livraison alimentaire a pu, au contraire, tirer profit de cet événement qui fera date dans l'histoire.

Augmentation du chiffre d’affaires
Si ces chiffres prédisent un avenir économique assombri, plusieurs secteurs bénéficient au contraire d'une augmentation conséquente de leur chiffre d'affaires.

C'est le cas de la livraison de nourriture qui connaît actuellement une croissance partout dans le monde, et ce plus particulièrement en Asie du Sud-Est et en Amérique du Nord. Dans ces régions du globe, le nombre de téléchargements d'applications de livraison de repas bat en effet des records depuis le début du confinement.

Il en est de même au Québec : dans les jours suivant le début du confinement, les services de traiteur ont vu leurs contrats diminuer de manière drastique. Résultat: s'adapter ou mettre la clé sous la porte! 

La plupart des entreprises culinaires ont heureusement opté pour la seconde option... Non sans peine, car il leur a fallu se réorganiser et convertir leurs menus pour pouvoir désormais offrir des plats à emporter.

À Outremont, par exemple, De bons petits plats livrait essentiellement à des plateaux de tournage avant la crise. Son propriétaire Éric Lamarre a dû organiser différemment son activité, notamment en créant une boutique en ligne et en repensant son service de livraison.


Même histoire en ce qui concerne les traiteurs Les Filles Fattoush et Avec Plaisirs, qui ont développé de nouvelles solutions de "prêt-à-manger".


Faire face à la concurrence
Formules lunch, plats familiaux, menus thématiques, plats congelés, boîte BBQ... Les traiteurs doivent également repenser leur offre afin d'attirer les clients.


Se démarquer face à la concurrence reste compliqué, selon Éric Lamarre. "Nous travaillons pour une clientèle qui se rendait auparavant au restaurant, et qui souhaite maintenant être livrée. Les lieux de restauration populaires ont un avantage sur nous et ils sont habitués à proposer ce genre de services," déclare-t-il.


Selon le FEM (Forum Économique Mondial), cette augmentation de la demande de livraison alimentaire à domicile constitue une opportunité intéressante qui permettrait de faire évoluer les technologies de livraison, notamment via des services sans chauffeurs. En Chine, à Wuhan, des véhicules et des robots autonomes ont par exemple effectué avec succès des livraisons de fruits et de légumes frais dans certaines zones placées en quarantaine.


En Occident, plusieurs solutions de ce type pourraient prochainement faire partie de notre quotidien. Avec son projet Prime Air, Amazon pourra bientôt effectuer avec ses drones la livraison de colis d'un poids maximal de 2,2 kg en seulement une demi-heure. Domino’s, quant à lui, livrera prochainement ses pizzas grâce à des véhicules à quatre roues autonomes baptisés "DRU" (Domino’s Robotic Unit)… En alimentation comme ailleurs, rien n’arrête le progrès!

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.