Publicité

19 octobre 2020 - 15:00

Événement virtuel

La 18e Semaine québécoise des rencontres interculturelles a commencé

Par Salle des nouvelles

La 18e Semaine québécoise des rencontres interculturelles (SQRI) est de retour, du 19 au 25 octobre. Sa tenue est aussi possible grâce à l’appui de nombreux contributeurs dans toutes les régions du Québec, dont la Ville de Laval et des organismes de son territoire.

Cet événement organisé par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration constitue un moment clé dans l’année pour promouvoir l’apport de la diversité ethnoculturelle.
 
Programmation des activités virtuelles

Placée sous le thème « Notre Québec en commun », l’édition 2020 est essentiellement constituée d’activités virtuelles en raison du contexte sanitaire actuel. La programmation prévoit des ateliers et des capsules vidéo pour tous. Voici un aperçu de la programmation lavalloise :
 
· Mardi 20 octobre, à 11 h 15 : lecture dynamique de Moi et l’autre, une autofiction présentée par le Centre communautaire Petit Espoir, en collaboration avec l’Assemblement et le Théâtre Fêlé;
·  Vendredi 23 octobre, à 18 h 30 : atelier interactif Mieux vivre ensemble, proposé par le Centre communautaire Petit Espoir, en collaboration avec La Maisonnée;
·  Dimanche 25 octobre : capsule vidéo Le vivre ensemble, c’est quoi au juste? présentée par la Ville de Laval, où Rachida Azdouz, chercheure affiliée au LABRRI de l’Université de Montréal, répondra à des questions sur le vivre-ensemble.
 
La programmation complète se trouve dans le calendrier des activités de la Ville et dans celui de la Semaine québécoise des rencontres interculturelles à Laval.  
 
Soulignons que dans le cadre de cet événement, la Ville de Laval a également organisé une conférence de Rachida Azdouz pour ses employés.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.