Publicité

5 octobre 2020 - 10:55

Texte commandité

Entrepreneuriat féminin au Québec : où en sommes-nous?

 

Depuis les dix dernières années, des entreprises dirigées par des femmes ou comptant au moins une femme au sein de postes stratégiques prennent davantage d’ampleur et jouissent d’un plus fort rayonnement. Or, la bataille pour l’équité et la visibilité est loin d’être gagnée. Voici un bref portrait de la situation.

 

Les femmes de plus en plus partout

Contrairement à la croyance populaire, les entreprises ayant une femme comme tête dirigeante ne sont pas uniquement vouées à des intérêts ou à des services purement féminins. Des femmes sont à la tête de compagnies œuvrant dans plusieurs secteurs économiques comme l’hôtellerie, l’informatique, la restauration, la construction, le voyage, l’automobile et bien plus. Ce n’est guère surprenant lorsqu’on sait que 60% des diplômés universitaires sont des femmes.

 

Des stéréotypes encore bien présents

Dans l’univers entrepreneurial, les femmes continuent d’être bombardées de commentaires démodés sur la fragile conciliation travail-famille, l’émancipation et la capacité d’une femme à être suffisamment forte dans un monde d’hommes. Peut-être que ces stéréotypes et ces préjugés désuets seraient moins dommageables si on appliquait également ces principes chez les hommes, mais non. Les femmes entrepreneures sont rarement appelées à parler d’économie, de performance et de leurs principaux rivaux alors que les hommes, oui.

 

Repenser le modèle d’affaires

Les entreprises féminines ont beau prendre de l’essor, la plupart des banques et autres organismes œuvrant dans le secteur n’ont pas encore le réflexe d’adapter leurs produits pour les inclure sur leur liste de clients potentiels ou de les rendre plus accessibles aux entrepreneures. Ils vont bientôt s’en mordre les doigts!

 

L’effet mitigé des bourses

Plusieurs bourses pour aider des entrepreneures de 35 ans et moins sont mises en place, mais leur réelle portée demeure discutable. La plupart des femmes se lancent généralement en affaires après cet âge. En janvier 2020 a eu lieu le tout premier palmarès d’entreprises au féminin. Cet événement a permis de réaliser que la majorité des petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes ne sont pas de jeunes entreprises. Bien souvent, elles durent depuis plus de 25 ans. Il faut que ces entreprises soient davantage considérées dans les bourses et les services de financement.

 

Un bel exemple de réussite et de persévérance

Plusieurs entreprises québécoises font non seulement la fierté de l’entrepreneuriat féminin mais de l’univers des entreprises québécoises au grand complet. Parmi elles, on peut citer la chaîne de cliniques d'esthétique Dermapure. Fondée par Marilyne Gagné en 2009, Dermapure se spécialise dans les soins et traitements esthétiques sans chirurgie afin de favoriser un résultat plus sain et naturel. L’entreprise possède des cliniques un peu partout au Québec et au Canada dont à Montréal, Chicoutimi, Calgary, Vancouver, Saint-Lambert et Ottawa. 


 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.