Publicité

26 février 2021 - 16:00

Le réseau comprendra 26 stations d’ici 2023

Le système de vélos BIXI poursuit sa croissance à Laval

Par Salle des nouvelles

Après une première saison complète de BIXI sur le territoire en 2020, la Ville de Laval s’engage à poursuivre l’expansion du système de vélos en libre-service en octroyant un contrat visant sa croissance pour les 3 prochaines années.

Actuellement composée de 40 vélos à assistance électrique et de 15 vélos standards répartis parmi six stations, l’offre sera bonifiée progressivement de 2021 à 2023 :

- 2021 : 8 nouvelles stations, 90 vélos standards de plus;
- 2022 : 6 nouvelles stations, ajout de 50 vélos standards et de 20 vélos électriques;
- 2023 : 6 nouvelles stations, 60 vélos standards et 20 vélos électriques supplémentaires.

« On espère que les citoyens y verront une option intéressante pour leurs déplacements », a résumé le conseiller municipal de L'Abord-à-Plouffe et responsable de la mobilité active, Vasilios Karidogiannis. « Les bénéfices de la mobilité active ne sont plus à prouver, et ce, autant pour la santé physique que pour l'environnement. En plus, il s'agit d'une excellente occasion de découvrir la ville autrement! », ajoute-t-il.

Le système BIXI reprendra du service le 15 avril avec une nouvelle tarification variable, pour une saison qui s’étendra jusqu’au 15 novembre. Dès le 15 mars, les usagers pourront profiter du rabais présaison de 10 $ sur un abonnement saisonnier.

Les citoyens sont aussi invités à suggérer des emplacements pour les futures stations.

L’implantation de BIXI à Laval vise à encourager une mobilité efficace, active et durable : elle s’inscrit dans les grandes orientations de la vision stratégique Laval 2035 : urbaine de nature. Une croissance est prévue à plus long terme, et selon une projection de 10 ans, l’offre pourrait avoisiner les 350 vélos.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.