Publicité

12 mai 2021 - 12:29 | Mis à jour : 13:24

Adapter sa conduite

Campagne sur la sécurité des cols bleus de Laval

Par Catherine Deveault

Afin de sensibiliser la population aux enjeux de sécurité des travailleurs des chantiers routiers, la Ville de Laval déploie pour une deuxième année consécutive sa campagne sur trois comportements à risque, soit la vitesse, la distance et les intrusions.

Cette fois encore, la campagne d’affichage met en scène des employés municipaux. Les usagers de la route sont ainsi invités à se mettre à la place des travailleurs, ce qui les encourage à adopter la bonne attitude près d’un chantier routier.

À Laval, les cols bleus déploient environ 1 000 chantiers annuellement afin de maintenir le bon état des voies de circulation et des infrastructures. À ces chantiers s’ajoutent le colmatage des nids de poule et plusieurs autres interventions ponctuelles nécessitant la présence de travailleurs sur la voie publique.

Trois comportements à risque prédominants

La campagne s’articule autour de trois principaux comportements à risque liés à la plupart des blessures et des accidents survenus à Laval au cours des dernières années.

  • La vitesse : plusieurs usagers de la route ne ralentissent pas lorsqu’ils passent près de travailleurs.
  • La distance : les automobilistes passent souvent trop près des travailleurs; plusieurs de ces derniers se font même frôler régulièrement.
  • Les intrusions : certains usagers de la route ignorent parfois les barricades. Pourtant, les chantiers sont réservés aux travailleurs. Donc, qu’ils soient à pied, à vélo ou en voiture, les citoyens doivent se tenir à l’écart, pour leur propre sécurité et pour celle des travailleurs.

La campagne d’affichage sera visible sur le territoire lavallois jusqu’à l’automne.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.