Publicité

14 mai 2021 - 06:00

LAVAL ZéN 

Laval en transition et le Conseil régional de l’environnement de Laval lancent un projet pour réduire les émissions de GES

Par Catherine Deveault

Le Front commun pour la transition énergétique (FCTÉ) lance son projet  « Collectivités ZéN » (zéro émission nette) et annonce les quatre premiers Chantiers de transition, dont Laval qui lancent le bal de ce projet qui vise à établir un total de 12 Chantiers sur les trois prochaines années.

Dans la phase initiale de 3 ans du projet Collectivités ZéN, le Front commun entend soutenir la mise sur pied de 12 Chantiers de transition pilotes, à raison de 4 nouveaux Chantiers par an. Les quatre premiers Chantiers se situent à Lachine (Montréal), Laval, Québec et Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ils sont tous portés par des organismes déjà actifs sur le terrain et chacun a déjà réuni un noyau initial de membres fondateurs.  

LAVAL ZéN 

Ce chantier est porté par Laval en transition et le Conseil régional de l’environnement de Laval. Suite à une première rencontre à l'été 2020 regroupant les forces vives lavalloises, la Ville a proposé sa candidature pour la première année des Collectivités ZéN.

« Notre implication au chantier Laval ZéN démontre la volonté de la Ville de Laval de s'adjoindre les différentes expertises des partenaires locaux pour relever les défis de la lutte aux changements climatiques. Nous sommes donc enthousiastes de  participer à la démarche Collectivités ZéN, qui permettra la mobilisation des intervenants locaux dont l'implication est nécessaire à l’atteinte de nos objectifs de réduction des émissions de GES qui tendent vers la carboneutralité », affirme Virginie Dufour, conseillère municipale de Sainte-Rose et membre du comité exécutif responsable des dossiers environnementaux.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.