Publicité

26 octobre 2021 - 08:30

Rapport du ministre canadien de l'Environnement

Deux ans avant d'atteindre l'objectif de 100 milliard $ US pour le climat

Par La Presse Canadienne

Un objectif vieux de dix ans consistant à récolter 100 milliards $ US pour aider les pays en développement à lutter contre les changements climatiques et à s’adapter à leurs répercussions ne sera probablement pas atteint avant deux ans.

C’est la conclusion d’un nouveau rapport du ministre canadien de l’Environnement Jonathan Wilkinson et du secrétaire d’État allemand à l’Environnement Jochen Flasbarth, présenté une semaine avant le début des pourparlers sur le climat de la COP 26 des Nations unies, en Écosse.

MM. Wilkinson et Flasbarth ont été invités par le président désigné de la COP26, Alok Sharma, en juillet, à proposer un plan pour enfin respecter un engagement pris en 2009 de mobiliser 100 milliards $ annuellement d’ici 2020.

L’argent manquant est susceptible d’être une source de frictions lorsque les pays se rencontreront en Écosse, car les États en développement et les petits États insulaires les moins responsables du réchauffement climatique sont invités, ainsi que les pays les plus riches, à redoubler d’efforts pour réduire les émissions avant 2030.

La promesse de financement climatique faite pour la première fois en 2009 a été reprise lors des pourparlers de Paris sur le climat en 2015 et a été l’une des raisons pour lesquelles les pays les moins développés et les plus touchés du monde ont accepté de signer l’accord.

MM. Wilkinson et Flasbarth s’attendent à ce que l’objectif soit enfin atteint en 2023, avant que les promesses de financement pour le climat dépassent les 100 milliards $ US en 2024 et 2025.

Mia Rabson, La Presse Canadienne

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.