Publicité

22 novembre 2021 - 14:30

Conférence

Le C.I.EAU invite les élus et les citoyens à repenser leur façon de déglacer les routes

Par Salle des nouvelles

Le Centre d'interprétation de l'eau (C.I.EAU) organise un webinaire le mercredi 24 novembre ayant pour titre « Déglacer à flot: un danger pour l'eau? ». 

Les trois fondatrices de la start-up Clean Nature, dont Anne Carabin, gagnante du Prix de la relève EAU André-Perrault en 2020, seront interlocutrices accompagnées du chargé de projet en scénarisation de station, Benoit Chevrier.

Le tout prendra la forme d'une discussion informelle et surtout vulgarisée, ayant pour but de soulever les enjeux liés à l'épandage de sel sur les routes à la saison hivernale ainsi que les alternatives possibles. 

Le C.I.EAU explique que le sel de voirie est bien souvent envisagé comme la solution d'office, car les autres options sont méconnues ou peu développées. Or, ses effets négatifs sur l'environnement sont indéniables. Soulevé comme enjeu environnemental au Canada depuis quelques années, l'utilisation trop élevée de sel de chlorure menace directement les ressources en eau sous plusieurs aspects. Les écosystèmes aquatiques sont à risques, mais aussi les infrastructures de traitement qui ne sont pas adaptées pour traiter un tel contaminant. 

Cet événement d'une durée approximative de 45 minutes, se tiendra de façon virtuelle le mercredi 24 novembre dès 19h. La séance aura lieu en direct grâce au logiciel de visioconférence Zoom. L'inscription est gratuite pour ses membres et à 5$ pour les entrées régulières. Tous les fonds amassés iront directement au soutien de la mission de l'organisme: la promotion de l'utilisation responsable et de la protection de l'eau. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.