Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Conférence de presse du Dr Luc Boileau

Variole simienne: la Santé publique explique les mesures à prendre

durée 19h00
26 mai 2022
Gabrielle Denoncourt
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Le Dr Luc Boileau a tenu une conférence de presse aujourd’hui pour venir expliquer aux citoyens comment reconnaître la variole simienne ou communément appelée variole du singe et quelles mesures devrait-on prendre. 

Il a débuté en mentionnant que nous étions loin de la contagiosité et de l’ampleur de la COVID-19, mais qu’il était bon de rapidement faire de la prévention. 

Les 25 cas confirmés sont actuellement à Montréal et la majorité des personnes infectées sont des hommes qui sont activement sexuels avec d'autres hommes. Il y a plusieurs personnes qui sont sous investigation également. 

Les symptômes 
Le symptôme le plus apparent de cette maladie est des lésions marquées sur la bouche et les organes génitaux. Ces signes peuvent être précédés par de la fièvre, des sueurs nocturnes, des maux de tête, des ganglions enflés, des douleurs articulaires et/ou musculaires.

La transmission
Le virus se propage par des contacts étroits, prolongés et intimes avec une autre personne. La période d’incubation est habituellement très courte, l’on parle de cinq à sept jours. Par contre, cela peut aller jusqu’à trois à cinq semaines. 

Dans la majorité des cas, la maladie se résorbe par elle-même à l’intérieur de deux à quatre semaines. C’est plutôt rare que de graves complications surviennent. 

Que faire en cas de contact?
Le gouvernement fédéral a fourni ce mardi au Québec des doses de vaccin contre la maladie. Sous les recommandations de la Santé publique, une personne ayant été en contact avec un cas confirmé ou soupçonné pourra recevoir une dose. L’idéal est de le recevoir dans les quatre jours qui suivent.

Mesures de prévention
Tout comme pour la COVID-19, il y a des moyens de prévenir le risque de contamination.

En cas de contact avec une personne infectée ou ayant des symptômes, vous devrez surveiller les possibles symptômes et éviter tout contact intime. De plus, vous devrez aller consulter rapidement un professionnel de la santé à l’apparition de signes de la maladie, vous isoler à la maison et ne pas entrer en contact avec les membres de la demeure.

Si vous devez rencontrer des gens, vous devez porter le masque en tout temps, vous laver les mains régulièrement et couvrir vos lésions avec des vêtements, des bandages ou des pansements. Le partage d’objets est prohibé. 

L’isolement pourra être levé lorsque toutes les lésions auront disparu ou que vous ayez eu le feu vert d’un membre de la santé. 

Si la Santé publique a voulu parler de ce nouveau virus, c’est par mesure préventive et circonscrire rapidement la maladie. 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 13h56

Il sera possible de se faire vacciner pour la COVID-19 et l'influenza en même temps

Le directeur de la Santé publique le Dr Luc Boileau était de retour devant les médias après trois semaines sans avoir tenu de point de presse. Il a été question de la situation épidémiologique de la COVID-19 et de la campagne de vaccination contre l’influenza.  Le Dr Luc Boileau indique que la rentrée a été plus clémente que dans les deux ...

26 septembre 2022

Retour en images sur la cérémonie hommage aux policiers décédés en fonction

L’émotion était palpable ce dimanche en après-midi à Ottawa sur la colline parlementaire. Près de 4 500 policiers provenant des quatre coins du Canada, et de la région du Suroît, se sont réunis pour rendre hommage aux agents décédés dans l’exercice de leur fonction plus tôt cette année. Parmi les intervenants qui ont pris part à cette cérémonie ...

25 septembre 2022

Un comité parlementaire examine l'aide médicale à mourir et les troubles mentaux

Une psychiatre a déclaré devant le comité mixte spécial du Parlement sur l'aide médicale à mourir que les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent souffrir pendant des décennies et que leur détresse est tout aussi valable que celle d'une personne souffrant de douleurs physiques. Les personnes souffrant «uniquement» de troubles mentaux ...