Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Producteurs de grains du Québec

Les producteurs de grains réclament des amendements majeurs au projet de loi sur les agronomes

durée 18h00
6 juin 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Mickael Couillerot, Journaliste

S’ils accueillent avec intérêt les dispositions prévoyant l’amélioration de la qualité des services des agronomes, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) constatent que le projet de loi n o 41, Loi modifiant la Loi sur les agronomes, met à mal la capacité des producteurs à gérer leur entreprise agricole. 

À défaut d’amendements majeurs protégeant la liberté d’action des producteurs et reconnaissant les compétences acquises, que ce soit en contexte académique, de formation professionnelle ou par l’expérience, les PGQ demandent aux membres de l’Assemblée nationale de ne pas consentir à l’adoption de ce projet de loi avant les prochaines élections.

« Banaliser les efforts de formation des agriculteurs d’aujourd’hui et de demain est un très mauvais message et certainement contraire aux orientations reconnues par la société. Ne pas reconnaître l’autonomie du producteur, de notre point de vue, est une faute très grave et lourde de conséquences pour le monde agricole. », affirme M. Christian Overbeek, président des PGQ.

Les PGQ réitèrent leur recommandation incluse dans leur mémoire déposé lors de la commission parlementaire sur les pesticides à l’effet que les gestes appropriés soient faits pour encourager un encadrement et une surveillance qui garantissent la qualité des services des membres d’ordres professionnels. Si les objectifs officiels du projet de loi n o 41 s’inscrivent dans le sens de cette recommandation, son texte complet va manifestement trop loin.

« À la limite, il faudrait que tous les agriculteurs du Québec deviennent soudainement des agronomes pour continuer à assurer la sécurité alimentaire du Québec et le développement économique de nos régions. Remplacer un conflit d’intérêts par du corporatisme n’est pas une solution. », conclut le président des PGQ.

Rappelons que la date butoir pour présenter un projet de loi qu’on souhaite voir adopter dans la même session est fixée au 15 mai. Ainsi, le gouvernement aura besoin de l’accord unanime de tous les députés de l’Assemblée nationale pour faire adopter ce projet de loi avant la fin de la session parlementaire.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Travailleurs de l'ombre et métier méconnu du public, les technologistes médicaux sont essentiels pour traiter les patients. Toutefois, une «pénurie critique» de technologistes sévit présentement au Québec, ce qui engendre des retards dans le réseau de la santé.  Les analyses effectuées par les technologistes médicaux permettent au médecin de ...

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

durée Hier 15h00

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...