Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pour un programme CSRM à Laval

Louise Lortie propose d’instaurer un programme « Capture-stérilisation-relâche-maintien » à Laval.

durée 11h00
29 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

À l’aube de la période des déménagements, trop souvent synonyme d’abandon d’animaux de compagnie, la conseillère municipale de Marc-Aurèle-Fortin et élue de Parti Laval, Mme Louise Lortie, propose d’instaurer un programme « Capture-stérilisation-relâche-maintien » (CSRM) à Laval.

Ce programme, qui a fait ses preuves dans d’autres villes du Québec et ailleurs dans le monde, assure un meilleur contrôle de la population de chats errants sur le territoire. En effet, privilégier la stérilisation permet de réduire le nombre d’euthanasies effectuées chaque année en plus de limiter les effets indésirables occasionnés par la présence de chats errants :

« Même si la stérilisation est devenue obligatoire, bon nombre de propriétaires ne se sont pas conformés à la réglementation municipale ce qui entraîne l’augmentation de chats errants qui se reproduisent trop facilement. La solution ne peut pas être de se fermer les yeux ! », soutient l’élue.

Des moyens pour agir

Un des objectifs de la Ville de Laval en matière de gestion animalière est de promouvoir « [l’] adhésion de la population à l’identification et à la stérilisation [des] chats. »

Pour la conseillère municipale, un programme CSRM permettrait de pallier le manque d’adhésion probable.

« En ce moment, ce sont surtout les refuges, gérés par des bénévoles, qui prennent en charge les chats errants. La ville délaisse, en partie, ses responsabilités. L’équipe du maire Boyer avait promis l’implantation d’au moins un Centre de services animaliers à Laval. Or, le projet a été mis de côté au cours des dernières années. D’ailleurs, dernièrement, on apprenait qu’une somme de 14 M$ qui avait initialement été réservée pour la construction de ce centre, a plutôt été affectée à l’acquisition de terrains. J’en comprends que la gestion animalière n’est peut-être pas une priorité pour l’administration en place, mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un besoin qui se fait sentir. Plusieurs citoyennes et citoyens réclament aussi que la Ville s’occupe mieux du sort des animaux. La mise sur pied d’un programme CSRM permettrait de bien répondre à une des demandes du milieu. », affirme Louise Lortie.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Santé publique : la grève de trois jours des professionnels débute

Les professionnels de l’Institut national de santé publique (INSPQ) ont amorcé lundi matin une grève de trois jours. Ils ont manifesté à Montréal et à Québec, devant l’Assemblée nationale, dans ce contexte. Ce sont 400 professionnels: des conseillers scientifiques, des agents d’information, des analystes en informatique, notamment, qui sont ...

La décontamination de terrains pourrait coûter des milliards au Canada

Décontaminer l'ensemble des sites fédéraux coûtera plusieurs milliards de dollars au Canada. Par exemple, la décontamination de l'ancien emplacement de Giant Mine, au Yukon, coûtera à lui seul 4,38 milliards $, un sommet au pays. Les travaux, qui se sont amorcés en 2005, se prolongeront jusqu'en 2038. Cette somme ne comprend pas l'entretien à ...

25 novembre 2022

Les pédiatres révisent leurs recommandations sur le temps d'écran des tout-petits

La Société canadienne de pédiatrie a abandonné sa directive d'il y a cinq ans qui limitait le «temps d'écran» pour les tout-petits et les enfants d'âge préscolaire: elle encourage plutôt les parents à accorder la priorité aux émissions éducatives, interactives et adaptées à l’âge.  Dans de nouvelles directives publiées jeudi, la Société ...