Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pour un programme CSRM à Laval

Louise Lortie propose d’instaurer un programme « Capture-stérilisation-relâche-maintien » à Laval.

durée 11h00
29 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

À l’aube de la période des déménagements, trop souvent synonyme d’abandon d’animaux de compagnie, la conseillère municipale de Marc-Aurèle-Fortin et élue de Parti Laval, Mme Louise Lortie, propose d’instaurer un programme « Capture-stérilisation-relâche-maintien » (CSRM) à Laval.

Ce programme, qui a fait ses preuves dans d’autres villes du Québec et ailleurs dans le monde, assure un meilleur contrôle de la population de chats errants sur le territoire. En effet, privilégier la stérilisation permet de réduire le nombre d’euthanasies effectuées chaque année en plus de limiter les effets indésirables occasionnés par la présence de chats errants :

« Même si la stérilisation est devenue obligatoire, bon nombre de propriétaires ne se sont pas conformés à la réglementation municipale ce qui entraîne l’augmentation de chats errants qui se reproduisent trop facilement. La solution ne peut pas être de se fermer les yeux ! », soutient l’élue.

Des moyens pour agir

Un des objectifs de la Ville de Laval en matière de gestion animalière est de promouvoir « [l’] adhésion de la population à l’identification et à la stérilisation [des] chats. »

Pour la conseillère municipale, un programme CSRM permettrait de pallier le manque d’adhésion probable.

« En ce moment, ce sont surtout les refuges, gérés par des bénévoles, qui prennent en charge les chats errants. La ville délaisse, en partie, ses responsabilités. L’équipe du maire Boyer avait promis l’implantation d’au moins un Centre de services animaliers à Laval. Or, le projet a été mis de côté au cours des dernières années. D’ailleurs, dernièrement, on apprenait qu’une somme de 14 M$ qui avait initialement été réservée pour la construction de ce centre, a plutôt été affectée à l’acquisition de terrains. J’en comprends que la gestion animalière n’est peut-être pas une priorité pour l’administration en place, mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un besoin qui se fait sentir. Plusieurs citoyennes et citoyens réclament aussi que la Ville s’occupe mieux du sort des animaux. La mise sur pied d’un programme CSRM permettrait de bien répondre à une des demandes du milieu. », affirme Louise Lortie.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

Changement climatique: un «état des connaissances» sur l'agriculture au Québec

Au Québec, le changement climatique aura, sur l'agriculture, des effets qui causeront des dommages, mais certaines cultures pourront aussi en bénéficier. Les agriculteurs qui adapteront leurs pratiques seront ceux qui subiront le moins les impacts climatiques. C'est l'une des conclusions du chapitre québécois du rapport Le Canada dans un climat ...

4 août 2022

COVID-19 : des équipes de vaccination iront dans les CHSLD et RPA

Aujourd’hui, le directeur de la Santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau, est venu faire le point sur la situation de la COVID-19 dans la province. Il a débuté en mentionnant que, selon les données, on remarque la première baisse depuis sept semaines, autant les cas que les hospitalisations. Les absences au travail sont également en baisse. De ...

4 août 2022

Les Canadiens font de moins en moins confiance à leurs médecins

Les Canadiens feraient moins confiance à leurs médecins aujourd’hui qu’avant la pandémie, s’il faut en croire les résultats d’un sondage réalisé pour le compte d’une firme australienne en Australie, au Canada et aux États−Unis. Avant la pandémie, révèle l’enquête dévoilée récemment par Compare The Market, 87 % des Canadiens disaient faire ...