Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Qualité de l'eau

Baignade en eau naturelle : méfiez-vous de la qualité de l’eau

durée 13h00
30 juin 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Mickael Couillerot, Journaliste

Lorsqu’il fait chaud, la baignade en eau libre est une activité particulièrement appréciée. La Direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière souhaite rappeler à la population qu’on devrait d’abord s’informer de la qualité de l’eau avant de s’y baigner afin d’éviter des problèmes de santé.

Principaux risques pour la santé d’une baignade en eau naturelle (lac, rivière ou bassin naturel)

On doit surtout s’informer de la présence possible de microorganismes dans l’eau, qui pourraient avoir des effets sur la santé (E. coli, Salmonella, Giardia, etc.).

Les problèmes de santé les plus fréquents associés à la baignade en eau contaminée sont la gastro-entérite (diarrhée, crampes abdominales, nausées, vomissements) et les infections : des yeux, des oreilles, du nez ou de la gorge, ou encore de la peau (dermatite).

La présence, dans certains lacs, de parasites (ex. : les cercaires, petites larves causant la dermatite du baigneur) ou de bactéries, qui s’y multiplient en formant un tapis ou une écume de couleur verte sur l’eau (cyanobactéries, aussi appelées algues bleu-vert), peut représenter d’autres risques pour la santé.

Pour plus de renseignements à ce sujet, consultez le site Web QUEBEC.ca.

Pour toute question concernant un problème de santé survenu à la suite d’une baignade en eau naturelle, communiquez avec Info-Santé en composant le 811.

Conseils : avant la baignade

Avant de vous baigner dans l’eau d’un lac ou d’une rivière, consultez les résultats du programme Environnement-Plage du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC). Si la plage où vous voulez aller est inscrite à ce programme, les résultats devraient être affichés sur la plage même, bien en vue.

Il est également possible de connaître les résultats en composant le 1 800 561-1616 ou en consultant le site Web du MELCC.

Il est préférable de sélectionner des plages dont l’eau a une cote de meilleure qualité bactériologique, soit celles qui sont classées A ou B. Il est recommandé d’éviter les plages classées D (eau polluée) ainsi que celles dont la qualité de l’eau est inconnue (absentes du registre).

Abstenez-vous de vous baigner où il y a de l’écume à la surface ou de l’eau d’apparence verte, surtout s’il y a une affiche y interdisant la baignade.

Conseils : pendant la baignade

Pour votre sécurité, il est déconseillé de se baigner dans les sites non aménagés et non adéquatement surveillés (sans sauveteur). Les jeunes enfants devraient être supervisés, en tout temps, par un adulte afin de prévenir le risque de noyade.

Peu importe la cote de la qualité de l’eau, il faut éviter d’avaler de l’eau lors de la baignade.

À la sortie de l’eau, il est recommandé de s’essuyer vigoureusement avec une serviette pour prévenir la dermatite du baigneur et les irritations de la peau. Il est aussi souhaitable d’éviter de se baigner à la plage après de fortes pluies, ou près de sources de pollution (rejets d’eaux usées ou pâturages).

Mesures spéciales en lien avec la COVID-19

À ce jour, il n’y a aucune évidence que le virus de la COVID-19 puisse être transmis via l’eau de baignade. Si vous êtes en isolement, car vous êtes atteint de la COVID-19 (ou vous êtes un contact étroit d’une personne atteinte qui est non vaccinée et qui n’a pas eu la COVID-19), ou si vous présentez des symptômes compatibles avec la COVID-19, il est important de ne pas fréquenter les espaces publics, incluant les lieux de baignade. Vous devriez aussi éviter de partager les articles de baignade (lunettes de natation ou tuba) avec d’autres personnes.

Pour plus de renseignements concernant la baignade en période de COVID-19, rendez-vous sur le site Web de l’Institut national de santé publique du Québec.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


17 mai 2024

La majorité des Canadiens appuient l'avortement, selon un sondage

Huit Canadiens sur dix – dont près de neuf Québécois sur dix – soutiennent le droit des femmes à l'avortement et deux sur trois ne veulent pas que la disposition de dérogation soit utilisée pour restreindre l'accès à ce service, selon un nouveau sondage. Le sondage de la firme Léger suggère également que le soutien à l'idée qu'une province ...

17 mai 2024

Québec veut déployer une «équipe volante publique» pour les besoins criants en santé

Le gouvernement du Québec dit vouloir déployer prochainement une «équipe volante publique» de professionnels de la santé pour faire face aux besoins critiques dans certaines régions, une approche qui s'inscrit dans la volonté de contrer l'utilisation des agences. L'équipe serait déployée d'abord en Abitibi-Témiscamingue et sur la Côte-Nord, où de ...

16 mai 2024

SCHL: le Canada devrait pouvoir construire au moins 130 000 logements de plus

Avec les ressources dont il dispose, le Canada devrait pouvoir construire de 130 000 à 225 000 logements de plus chaque année, soutient la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Mathieu Laberge, premier vice-président, Économie et perspectives de l'habitation, à la Société canadienne d'hypothèques et de logement, affirme que le ...