Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Parti Québécois

Une centaine de participants à la rencontre de Catherine Dansereau-Redhead dans Fabre

durée 16h00
18 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Sous le thème «Nous sommes les héritiers et héritières de René Lévesque », près de 100 personnes se sont réunies pour rencontrer la candidate de Fabre, Catherine Dansereau-Redhead, le mardi 28 juin dernier.

Cette réunion se déroulait en marge du 100e anniversaire de la naissance du fondateur du Parti Québécois, M. René Lévesque.

Les personnes présentes ont pu entendre le discours du chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre-Plamondon, qui, dans un enregistrement rappelait notamment, sa conviction intime que « René Lévesque puisait sa détermination pour mener son combat, dans son analyse minutieuse de la situation politique des années 70, et il avait la certitude que sans l’indépendance, l’avenir de son peuple n’offrirait qu’un avenir déprimant et sombre. »

Contemporain du fondateur du Parti Québécois, l’ex-député de Fabre de 1981 à 1985, M. Michel Leduc a allégué que le contexte actuel ne paraît pas favorable, mais que près de quarante pour cent des électrices et électeurs croient toujours en l’option de l’indépendance du Québec.

Passant en quelque sorte le flambeau à la candidate Catherine Dansereau-Redhead, cette dernière a insisté sur la nécessité d’un Parti Québécois fort afin de préserver le français et la culture.

Madame Dansereau-Redhead a rappelé les grandes réformes que le Parti Québécois a implantées depuis sa fondation, notamment, la Charte de la langue française, la création du ministère de l’Environnement, des centres de la petite enfance et la création du régime public d’assurance automobile et de l’assurance médicaments.

D’autres remarquables jeunes femmes et hommes du Parti Québécois sont venus appuyer la candidate de Fabre. On comptait notamment sur la présence de Mme Soledad Orihuela-Bouchard (Laporte), de Guillaume Lalonde (Deux-Montagnes) de Jeanne Craig-Larouche (Groulx) et de Marie-Laurence Desgagné, présidente du Comité national des jeunes (CNJ) et candidate dans Chambly.

Ces deux dernières ont confirmé leur croyance en la nécessité de l’indépendance du Québec pour s’épanouir. Madame Desgagné a évoqué sa mission auprès des jeunes et afin de les informer sur les raisons et les motivations que la jeunesse a d’appuyer l’indépendance du Québec.

Le dernier orateur, l’historien Frédéric Bastien, a rappelé combien la Constitution de 1982 était sans issue pour la nation québécoise qui, unanimement, s’en est dissociée à l’Assemblée nationale.

M. Bastien a mentionné les nombreux épisodes honteux de l’histoire du Canada où les volontés des Québécois et leur spécificité sont régulièrement rejetées et méprisées. Il a mentionné avoir fondé une organisation qui a pour but de lutter sur le plan juridique contre des villes à travers le Canada, qui, illégalement, combattent les lois 21 et 96 adoptées en toute légalité et légitimité par l’Assemblée nationale.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Santé publique : la grève de trois jours des professionnels débute

Les professionnels de l’Institut national de santé publique (INSPQ) ont amorcé lundi matin une grève de trois jours. Ils ont manifesté à Montréal et à Québec, devant l’Assemblée nationale, dans ce contexte. Ce sont 400 professionnels: des conseillers scientifiques, des agents d’information, des analystes en informatique, notamment, qui sont ...

La décontamination de terrains pourrait coûter des milliards au Canada

Décontaminer l'ensemble des sites fédéraux coûtera plusieurs milliards de dollars au Canada. Par exemple, la décontamination de l'ancien emplacement de Giant Mine, au Yukon, coûtera à lui seul 4,38 milliards $, un sommet au pays. Les travaux, qui se sont amorcés en 2005, se prolongeront jusqu'en 2038. Cette somme ne comprend pas l'entretien à ...

25 novembre 2022

Les pédiatres révisent leurs recommandations sur le temps d'écran des tout-petits

La Société canadienne de pédiatrie a abandonné sa directive d'il y a cinq ans qui limitait le «temps d'écran» pour les tout-petits et les enfants d'âge préscolaire: elle encourage plutôt les parents à accorder la priorité aux émissions éducatives, interactives et adaptées à l’âge.  Dans de nouvelles directives publiées jeudi, la Société ...