Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Infections bactériennes transmissibles sexuellement

Un antibiotique comme «pilule du lendemain» pour prévenir certaines ITS?

durée 12h00
14 mars 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La prise d'un antibiotique connu de longue date dans les heures qui suivent une relation sexuelle non protégée pourrait aider à freiner la propagation de certaines infections bactériennes transmissibles sexuellement (ITS), démontrent de nouvelles études.

La doxycycline est aujourd'hui utilisée pour soigner des problèmes de santé comme l'acné. Mais il y a cinquante ans, elle était prescrite aux marins américains qui débarquaient dans un port en prévision des rencontres qu'ils y feraient.

La pratique a été abandonnée au profit de la promotion du port du condom quand les ITS ont commencé à décliner et que le sida est apparu.

«Le problème avec l'idée de porter un condom, c'est que les gens ne le portent pas, a dit le docteur Jean-Pierre Routy, le directeur clinique du Service des maladies virales chroniques au CUSM. Donc, c'est comme accepter que certaines stratégies ne marchent pas, malgré des années d'information et d'éducation.»

De nouvelles recherches montrent maintenant qu'une seule dose de doxycycline prise dans les 72 heures qui suivent une relation sexuelle non protégée peut réduire le risque d'ITS jusqu'à 80 % dans certains cas.

La stratégie semble particulièrement efficace contre la chlamydia et la syphilis, et un peu moins contre la gonorrhée. Elle s'est révélée efficace parmi les femmes trans et parmi les hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes, mais aucun bienfait n'a été constaté chez les femmes cisgenres.

Certaines ITS, comme la chlamydia, sont de plus en plus résistantes aux antibiotiques, mais la doxycycline ne semble pas pour le moment contribuer au problème. Le médicament ne semble pas non plus interférer avec la flore intestinale des patients.

On constate depuis quelques années une recrudescence des cas d'ITS, a dit le docteur Routy, particulièrement au sein d'un sous-groupe de la population qui désire vivre sa sexualité sans la contrainte du condom.

«Ce qui est difficile pour nous, le personnel soignant, c'est que malgré toute l'éducation et toute la formation, ils viennent tous les deux ou trois mois, puis voilà vite, nettoie ça et hop, on recommence», a-t-il déploré. 

Malgré l'information sur le risque, sur la possibilité de résistance et sur la possibilité d'infecter d'autres personnes, poursuit-il, ce sous-groupe a une «revendication très émotive» de pouvoir vivre sa sexualité comme bon lui semble. «C'est comme ça que ça se passe aujourd'hui, qu'on le veuille ou non», a-t-il dit.

La présentation de la doxycycline comme une sorte de «pilule du lendemain» après une relation sexuelle non protégée risque bien évidemment de banaliser encore davantage la perception qu'ont déjà certains de problèmes comme la syphilis, la gonorrhée ou la chlamydia.

L'épisode récent de la variole du singe nous rappelle toutefois que circulent aussi des virus transmissibles sexuellement contre lesquels les antibiotiques ne peuvent rien, a rappelé le docteur Routy. On ne peut pas écarter la possibilité de voir de nouveaux virus commencer à se transmettre et provoquer une nouvelle épidémie.

«Donc, toujours on recommande l'utilisation du condom, même s'il est très peu utilisé et que les gens en ont marre», a dit le docteur Routy.

Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

La majorité des Canadiens appuient l'avortement, selon un sondage

Huit Canadiens sur dix – dont près de neuf Québécois sur dix – soutiennent le droit des femmes à l'avortement et deux sur trois ne veulent pas que la disposition de dérogation soit utilisée pour restreindre l'accès à ce service, selon un nouveau sondage. Le sondage de la firme Léger suggère également que le soutien à l'idée qu'une province ...

durée Hier 9h00

Québec veut déployer une «équipe volante publique» pour les besoins criants en santé

Le gouvernement du Québec dit vouloir déployer prochainement une «équipe volante publique» de professionnels de la santé pour faire face aux besoins critiques dans certaines régions, une approche qui s'inscrit dans la volonté de contrer l'utilisation des agences. L'équipe serait déployée d'abord en Abitibi-Témiscamingue et sur la Côte-Nord, où de ...

16 mai 2024

SCHL: le Canada devrait pouvoir construire au moins 130 000 logements de plus

Avec les ressources dont il dispose, le Canada devrait pouvoir construire de 130 000 à 225 000 logements de plus chaque année, soutient la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Mathieu Laberge, premier vice-président, Économie et perspectives de l'habitation, à la Société canadienne d'hypothèques et de logement, affirme que le ...