Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

Pas de changement d'examen à court terme pour l’Ordre des infirmières

durée 09h00
8 septembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les chances sont minces pour ne pas dire nulles que l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) adopte un nouvel examen au printemps prochain.

Selon ce qu’a appris La Presse Canadienne, l’Office des professions serait loin d’être emballé par l’idée d’une adaptation de l’examen américain connu sous l’acronyme NCLEX-RN.

En réaction à un rapport accablant du commissaire à l’admission aux professions, l’ordre avait annoncé en mai dernier sa volonté de saborder son propre examen pour adopter l’épreuve nationale américaine. Le NCLEX-RN est également utilisé dans plusieurs provinces canadiennes pour évaluer la compétence des candidates à la profession d’infirmière.

Selon l’échéancier évoqué au moment de l’annonce, l’OIIQ prévoyait tenir une dernière épreuve avec son propre format le 18 septembre 2023, puis adopter le format américain au printemps 2024. Ce scénario semble toutefois peu réaliste.

Afin de pouvoir procéder à ce changement majeur dans le processus d’accès à la profession, l’ordre a déposé une demande de modification du «règlement sur les autres conditions à la délivrance du permis d’infirmière», a confirmé l’Office des professions.

Cette demande doit faire l’objet d’une analyse juridique ainsi que d’une évaluation de «l’opportunité de la mesure souhaitée et du projet de texte réglementaire qui l’accompagne», précise-t-on. C’est ce volet de la démarche qui semble faire obstacle.

Selon une source bien informée du dossier, l’Office aurait soulevé des doutes sur la pertinence de traduire et d’adapter l’examen national américain au contexte de la réalité québécoise. À ce sujet, la seule expérience connue d’une traduction française du NCLEX-RN est celle du Nouveau-Brunswick, où cela s’est avéré si catastrophique que la Société de l’Acadie et la Fédération étudiante du Campus universitaire de Moncton ont poursuivi l’organe qui régit la profession dans la province de l’Atlantique.

De plus, il faut considérer que même si l’on parvient à adapter le format adéquatement, il faudra ensuite déterminer une marche à suivre impliquant tous les acteurs du milieu académique en vue d’une éventuelle implantation. Une telle opération pourrait prendre de nombreux mois, voire quelques années.

Par ailleurs, l’Office des professions aurait exigé des informations supplémentaires de la part de l’OIIQ à la suite du dépôt de sa demande et certaines réponses se feraient toujours attendre. 

Au cabinet de la présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, de qui relève l’Office des professions, on estime que le recours au NCLEX-RN «ne saurait constituer une solution à court terme». On assure que la ministre suit le dossier de très près et que cette option «doit faire l'objet d'une analyse sérieuse afin de s'assurer que l'examen s'applique au contexte québécois».

Dans une réaction transmise par courriel, l'OIIQ indique que «pour l’instant, le dossier suit son cours» et que «si l’échéancier devait être repoussé», les parties prenantes vont être informées «le plus rapidement possible».

Toujours selon l'ordre, «les travaux impliquent la contribution de partenaires externes pour lesquels (il n'a) pas de contrôle sur les délais». En bref, on dit se plier aux délais imposés par l'Office des professions, mais l'objectif demeure le printemps 2024. 

Mises en garde

Dans son rapport sur le fiasco du faible taux de réussite à l’examen de l’OIIQ de septembre 2022, le commissaire à l’admission aux professions avait soulevé des failles et des faiblesses méthodologiques. Il offrait également des pistes de solution pour améliorer l’outil, puis il mettait en garde contre la tentation d’importer un format étranger.

«Un examen est plus qu’un outil technique d’évaluation, il comprend en son sein la norme professionnelle et se construit autour d’elle. L’examen reflète aussi une vision de la profession en regard de laquelle on veut évaluer l’aptitude d’une personne candidate», écrit Me André Gariépy à la section 7 de la partie 1 de son rapport d’étape 2. 

Il ajoute qu’une bonne évaluation doit tenir compte du contexte de la pratique, de l’organisation du réseau, des activités réservées, de la formation reçue et des cadres juridiques.

Or, recourir à un outil conçu à l’étranger ferait «perdre une partie du contrôle sur la norme professionnelle même et sur la vision de la profession», prévient-il. Me Gariépy entrevoit du même coup des conséquences sur «la formation initiale, le système professionnel, l’effectivité de la protection du public et le système de santé au Québec».

En tenant compte de tous ces enjeux, le commissaire insiste sur l’importance d’aborder avec précaution un changement aussi majeur.

– 

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


17 mai 2024

La majorité des Canadiens appuient l'avortement, selon un sondage

Huit Canadiens sur dix – dont près de neuf Québécois sur dix – soutiennent le droit des femmes à l'avortement et deux sur trois ne veulent pas que la disposition de dérogation soit utilisée pour restreindre l'accès à ce service, selon un nouveau sondage. Le sondage de la firme Léger suggère également que le soutien à l'idée qu'une province ...

17 mai 2024

Québec veut déployer une «équipe volante publique» pour les besoins criants en santé

Le gouvernement du Québec dit vouloir déployer prochainement une «équipe volante publique» de professionnels de la santé pour faire face aux besoins critiques dans certaines régions, une approche qui s'inscrit dans la volonté de contrer l'utilisation des agences. L'équipe serait déployée d'abord en Abitibi-Témiscamingue et sur la Côte-Nord, où de ...

16 mai 2024

SCHL: le Canada devrait pouvoir construire au moins 130 000 logements de plus

Avec les ressources dont il dispose, le Canada devrait pouvoir construire de 130 000 à 225 000 logements de plus chaque année, soutient la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Mathieu Laberge, premier vice-président, Économie et perspectives de l'habitation, à la Société canadienne d'hypothèques et de logement, affirme que le ...