Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le stress augmente le risque de problèmes de santé

L'impact du stress sur le microbiome intestinal se précise

durée 12h00
26 janvier 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Un stress chronique enclenche un effet d'entraînement biochimique qui modifie la composition du microbiome intestinal, démontre une étude réalisée sur des souris par des chercheurs chinois.

Cela permet de mieux comprendre comment un stress chronique augmente le risque de différents problèmes de santé, du syndrome du côlon irritable jusqu'à la dépression, estiment les auteurs.

«Les mécanismes les plus étudiés sont ceux qui vont de l'intestin et du microbiote intestinal jusqu'au cerveau, a commenté le professeur Vincenzo Di Marzio, un spécialiste du microbiome intestinal à la faculté de médecine de l’Université Laval. Par contre, les mécanismes qui partent du cerveau et arrivent au microbiote intestinal ne sont pas très bien connus, donc je crois que c'est une étude très importante.»

Les chercheurs chinois ont découvert que les souris qui étaient exposées à un stress chronique depuis deux semaines présentaient ensuite moins de cellules dont le rôle est de protéger les intestins des pathogènes.

De manière encore plus précise, ils ont constaté qu'une substance produite par des bactéries intestinales qui prolifèrent en présence du stress interfère avec le mécanisme qui permet normalement aux cellules souches intestinales de se transformer en cellules protectrices.

L'étude ne clarifie toutefois pas de quelle manière le stress provoque la prolifération de ces bactéries, a dit le professeur Di Marzo.

«(Les chercheurs) ont identifié un mécanisme nouveau par lequel le cerveau, le stress, change l'activité du système nerveux périphérique autonomique qui affecte l'intestin, a-t-il expliqué. Et d'une façon qui n'est pas encore bien comprise, ça affecte la composition du microbiote intestinal en augmentant des espèces de bactéries qui produisent un métabolite qui affecte la prolifération des cellules souches de l'intestin.»

Les chercheurs ont ensuite trouvé des taux élevés de ces bactéries et de la substance en question dans les selles d'humains souffrant de dépression, comparativement aux selles d'humains en santé.

Le stress, ce n'est pas un secret, joue un rôle de premier plan dans la manifestation de plusieurs maladies psychosomatiques. De multiples études ont par ailleurs démontré, au cours des dernières années, que le microbiote intestinal a une influence qu'on commence à peine à mesurer sur de multiples facettes de la santé.

De nouvelles connaissances qui permettent de comprendre un peu mieux l'association entre le stress et le microbiote sont donc très utiles, a estimé le professeur Di Marzo, et non seulement parce qu'elles éclairent pour une première fois la relation du cerveau vers l'intestin plutôt que l'inverse.

«S'il y a une façon pour le cerveau de contrôler la production par le microbiote intestinal de certains métabolites, le cerveau pourrait aussi diriger le microbiote à avoir des fonctions protectrices ou des fonctions qui contribuent aux maladies, à travers l'intestin bien sûr», a-t-il conclu.

Les conclusions de cette étude ont été publiées par le journal médical Cell Metabolism.

Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

Des écologistes perturbent l'accès à l'Aéroport de Montréal

Des militants écologistes qui réclament la fin de tout nouveau projet d'exploitation fossile perturbent l'accès à l'Aéroport international Montréal-Trudeau. Des militants du groupe «The last generation» se seraient collé les mains au sol, sur l'une des voies qui mènent au débarcadère de l'aéroport de Montréal, mercredi vers 10 h. «Trois ...

durée Hier 15h00

Des médecins ont présenté des symptômes de stress post-traumatique durant la pandémie

Près d'un médecin sur cinq a présenté des symptômes de trouble du stress post-traumatique pendant la pandémie de COVID-19, révèle une nouvelle méta-analyse pilotée par un médecin de l'Université d'Ottawa. L'enquête a mesuré une prévalence de TSPT de 18,3 % parmi les médecins de 25 pays pendant la pandémie, ce qui est trois fois plus élevé que la ...

durée Hier 12h00

Nouvel espoir face au cancer du sein triple négatif

Un médicament déjà utilisé dans la lutte contre d'autres types de cancer du sein pourrait être utilisé face au cancer du sein triple négatif, un sous-type de cancer particulièrement agressif et susceptible de récidiver, démontrent des travaux réalisés au Centre universitaire de santé McGill. Le cancer du sein triple négatif touche environ 12 % ...