Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Sondage CROP

Des travailleuses sociales songent à quitter leur profession

durée 12h00
25 mars 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La lourdeur administrative et la charge de travail font partie des raisons qui pourraient pousser jusqu'à 16 % des travailleuses sociales du Québec à quitter leur emploi d'ici deux ans, révèle un sondage CROP réalisé pour le compte de l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, dont les résultats ont été rendus publics lundi.

Selon l'Ordre, cela signifie que jusqu'à 2400 travailleuses sociales jugent qu'il est «probable» ou «très probable» qu'elles quittent leur profession d'ici deux ans. 

Parmi celles qui ont pris part au sondage, 39 % ont fait valoir que les tâches et la lourdeur administrative sont pour elles source de malheur au travail, tandis que 19 % ont déploré une charge de travail trop élevée.

Ces résultats prouvent qu'il existe «une détresse profonde chez ces professionnelles sur laquelle le gouvernement du Québec doit se pencher immédiatement», a plaidé le président de l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, Pierre-Paul Malenfant.

«Cette tendance nous inquiète énormément, car au bout du compte, si les T.S. craquent et quittent la profession, c'est la population qui en payera le prix. Non seulement la qualité et la disponibilité des services pourraient être compromises, mais la pression sur les épaules des T.S. restants s'en trouvera exacerbée», a-t-il prévenu dans un communiqué.

Selon l'Ordre, les travailleuses sociales travaillent dans un contexte où «un seul formulaire peut accaparer jusqu'à trois heures de travail avec un usager», ce qui peut nuire à leur capacité à «passer plus de temps sur le terrain au contact direct avec des personnes dans le besoin».

Les répondantes au sondage ont aussi cité le manque de ressources (15 %) et une reconnaissance insuffisante (14 %) lorsqu'elles ont été questionnées sur leurs sources de malheur au travail.

De l'avis de M. Malenfant, l'arrivée de Santé Québec, la nouvelle agence qui aura le mandat de coordonner les opérations du réseau de la santé, «représente une occasion de revoir les conditions de pratiques et les méthodes d'évaluation de la performance pour les adapter aux visées et à la réalité des services sociaux».

Les résultats du sondage ont été dévoilés lundi à l'occasion de la Semaine des travailleuses sociales et des travailleurs sociaux, qui se déroule jusqu'à samedi.

Le sondage CROP a été réalisé du 23 janvier au 19 février. Des 16 155 membres de l'Ordre qui ont été invités à répondre au questionnaire, qui s'adressait aux T.S. exerçant à temps plein ou à temps partiel, 5134 ont répondu.

La marge d'erreur maximale, calculée selon un niveau de confiance de 95 %, est de 1,13 %.

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

Des écologistes perturbent l'accès à l'Aéroport de Montréal

Des militants écologistes qui réclament la fin de tout nouveau projet d'exploitation fossile perturbent l'accès à l'Aéroport international Montréal-Trudeau. Des militants du groupe «The last generation» se seraient collé les mains au sol, sur l'une des voies qui mènent au débarcadère de l'aéroport de Montréal, mercredi vers 10 h. «Trois ...

durée Hier 15h00

Des médecins ont présenté des symptômes de stress post-traumatique durant la pandémie

Près d'un médecin sur cinq a présenté des symptômes de trouble du stress post-traumatique pendant la pandémie de COVID-19, révèle une nouvelle méta-analyse pilotée par un médecin de l'Université d'Ottawa. L'enquête a mesuré une prévalence de TSPT de 18,3 % parmi les médecins de 25 pays pendant la pandémie, ce qui est trois fois plus élevé que la ...

durée Hier 12h00

Nouvel espoir face au cancer du sein triple négatif

Un médicament déjà utilisé dans la lutte contre d'autres types de cancer du sein pourrait être utilisé face au cancer du sein triple négatif, un sous-type de cancer particulièrement agressif et susceptible de récidiver, démontrent des travaux réalisés au Centre universitaire de santé McGill. Le cancer du sein triple négatif touche environ 12 % ...