Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L'usage du français dans l'espace public est stable au Québec, selon l'OQLF

durée 15h00
4 avril 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

L'usage du français dans l'espace public demeure stable au Québec depuis 2007, d'après une nouvelle étude de l'Office québécois de la langue française (OQLF). 

En 2022, 79 % des Québécois utilisaient le plus souvent le français dans l'espace public, selon des données publiées jeudi par l'OQLF. 

Ce pourcentage est semblable à ceux observés au cours des 15 années précédentes, «ce qui traduit une stabilité quant à la langue utilisée à l'extérieur de la maison avec des personnes autres que les parents ou les amis», indique l'Office dans un communiqué. 

L'étude de l'OQLF repose sur des données provenant d'un sondage mené entre mars et mai 2022 auprès de 7171 Québécois, ainsi que sur des groupes de discussion afin d'approfondir les résultats du sondage. 

Les régions métropolitaines de Montréal et de Gatineau affichent les proportions de personnes disant recourir au français les plus faibles par rapport aux autres régions du Québec à l'étude. Elles se situent à 68 % et 63 % respectivement. 

À l'inverse, Montréal et Gatineau ont enregistré les proportions les plus élevées des personnes utilisant le plus souvent l'anglais dans l'espace public, soit 13 % et 15 %. 

Pour l'ensemble du Québec, ce pourcentage est passé de 10 % à 8 % entre 2007 et 2022, tandis que celui des personnes utilisant le plus souvent le français et l'anglais a augmenté, passant de 11 % à 13 %. Ce dernier indicateur grimpe à 22 % à Gatineau et 18 % dans la région montréalaise. 

L'OQLF révèle par ailleurs que les personnes de 18 à 34 ans affichent la plus faible proportion pour l'usage du français à l'extérieur de la maison, à 74 %. Toutefois, il s'agit du groupe d'âge chez qui le pourcentage de personnes utilisant le français et l'anglais est le plus élevé (16 %). 

L'étude montre également que la proportion de personnes utilisant le plus souvent le français varie en fonction de la situation de communication. Par exemple, elle s'établit à 78 % lors de la livraison d'un repas, mais monte à 90 % dans les communications avec les services du gouvernement du Québec. 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

Sonia Bélanger a bon espoir d'élargir les soins palliatifs sans les agences privées

La ministre responsable des Aînés et ministre déléguée à la Santé, Sonia Bélanger, veut élargir l'accès aux soins palliatifs. Mais dans le contexte de la fin du recours aux agences privées, certains s'inquiètent de la faisabilité de cet objectif par manque de ressources. Dans le cadre d'un webinaire sur les soins palliatifs organisé jeudi par le ...

durée Hier 15h00

Équipe volante: Québec et la FIQ se disent prêts à en négocier les conditions

Alors que le ministre de la Santé, Christian Dubé, se réjouit de voir 400 personnes intéressées à participer à une éventuelle équipe volante pour assurer des soins et services dans les régions où le manque de main-d'oeuvre est plus criant, la FIQ propose d'élargir cette équipe volante, non seulement aux régions éloignées, mais à l'ensemble des ...

durée Hier 11h00

Statistique Canada mène une importante enquête sur la santé à Laval

Environ 1152 ménages à Laval seront choisis au hasard pour participer à l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS), une enquête nationale menée par Statistique Canada. Il y a 15 ans, Statistique Canada a établi un partenariat avec l’Agence de la santé publique du Canada et Santé Canada pour la réalisation de l’Enquête canadienne sur ...