Publicité
13 mars 2014 - 06:32

Les quatre Fantastiques de Laval Excellence

Par Claude-André Mayrand

LAVAL - 

À peine adolescents, Laurent, Félix, William et Olivier gravitent déjà dans les plus hauts niveaux de gymnastique masculine. Et avec l’aide d’Excellence Sports Laval (ESL), les quatre gymnastes du Club Laval Excellence ont tous le même objectif : les Jeux olympiques.

Tous les quatre ont été initiés au sport en bas âge par un membre de leur entourage.

Laurent, 12 ans, fait de la gymnastique depuis sept ans et préfère le sol et les sauts.

Félix, 11 ans, a remporté cinq médailles aux derniers Jeux du Québec, l’été dernier.

William, 13 ans, préfère les anneaux parce qu’il aime la sensation de contrôle des mouvements.

Olivier, 13 ans, a débuté à l’âge de 5 ans en suivant les traces de son frère Francis.

Questionné à savoir ce que ça prenait pour être un bon gymnaste, l’entraîneur des quatre adolescents insiste sur la noblesse et sur le développement de la confiance en soi.

«Il faut être passionné et il faut croire en ses capacités, explique Adrian Balan. C’est important de retirer les points positifs dans les échecs. Il faut être noble dans la victoire comme dans la défaite, car ce n’est pas facile de toujours être au sommet à l’entraînement et en compétition.»

Grosse charge d’entraînement

Lorsqu’interrogés au sujet de leur horaire d’entraînement, les quatre jeunes athlètes sont fiers de préciser qu’ils frôlent les 30 heures hebdomadaires afin de perfectionner leurs habiletés.

«Du lundi au vendredi, je suis à l’école de 8 h 15 à 12 h et je me déplace ensuite au gym pour m’entraîner à compter de 13 h, explique William à titre d’exemple. Le dimanche, on s’entraîne de 10 h à 14 h.»

Si ce nombre peut surprendre, c’est le temps qu’il faut investir pour rivaliser avec les autres compétiteurs et pour maîtriser les techniques de tous les appareils de gymnastique.

«On importe un système d’entraînement européen pour pousser le plus loin possible nos athlètes et c’est la charge de travail requise», justifie leur entraîneur, Adrian Balan.

Les quatre jeunes athlètes se considèrent privilégiés de s’entraîner au Club Laval Excellence.

«On a tout à notre portée et si je le compare à d’autres clubs, ils n’ont pas d’aussi belles installations que nous», explique Félix, qui considère cela comme un avantage en compétition.

L’avantage ESL

L’année dernière, William était le seul athlète d’ESL. Félix, Olivier et Laurent se sont ajoutés au programme cette année.

«On avait envoyé William rencontrer un préparateur mental et on a remarqué une évolution dans les performances de William et le programme a été agrandi cette année suite à ses résultats», explique Stéphane Hamel, chargé de projets chez Sports Laval.

Les quatre athlètes bénéficient donc d’un suivi en préparation mentale avec l’expert Michel Hogue, qui les rencontre en équipe et individuellement.

De retour d’une compétition en Pennsylvanie il y a un mois, les quatre gymnastes sont chacun rentrés à la maison avec au moins une médaille autour du cou.

«Ça change beaucoup notre approche et comment on perçoit nos compétitions et en bout de ligne, ça fait une bonne différence», précise Félix.

«Ce qui fait le succès d’une équipe, ce n’est pas juste l’athlète et l’entraîneur. Il y a plusieurs personnes qui supportent les gymnastes de l’équipe et les gars l’ont compris et ils mettent tout l’effort nécessaire», conclut l’entraîneur, Adrian Balan.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.