Publicité
17 avril 2019 - 14:00 | Mis à jour : 14:29

Le baseball est en expansion à Laval

Frôlant les 1 000 inscriptions en 2018, le baseball gagne de plus en plus adeptes dans la grande région de Laval, dont plus de 80 filles inscrites l’an dernier.

Pour les jeunes, le baseball est beaucoup plus qu’un sport, c’est une véritable passion. Pour Félix, cet amour du baseball est né lorsqu’il avait six ans. « Mon père m’avait acheté un bâton en plastique et je trouvais plaisant de pouvoir frapper la balle de plus en plus loin. J’ai commencé à jouer à huit ans comme joueur Atome et maintenant, je suis à ma première année en sports-études. Je vise de me rendre le plus loin possible au niveau élite dans ce sport tout en continuant d’avoir du plaisir ».

Pour Angélyk, c’est un moyen de se motiver dans la vie quotidienne « Quand j’embarque sur le terrain pour un match ou une pratique, je ne peux pas m’empêcher d’éprouver une explosion de joie. Le baseball m’aide tous les jours à l’école, car je sais que la fin de semaine je vais jouer et je ne demande que ça. Le baseball est un sport qui procure des bienfaits autant physiques que mentaux ».

« J’aime le baseball, car il regroupe le travail d’équipe, le travail personnel, la compétition et l’amusement. Tout le monde s’entraide lors de moments difficiles: qu’il s’agisse d’aller voir son lanceur ou de remonter le moral d’un coéquipier qui a fait une erreur, les joueurs sont soudés. S’entraîner au baseball est quelque chose d’exceptionnel, mais jouer des parties l’est encore plus. Voilà pourquoi j’aime le baseball », explique Zachary.

« Je joue au baseball depuis l'âge de 4 ans. J'ai évolué dans des équipes mixtes, mais je dois dire que j'adore jouer avec l'équipe féminine. La chimie, le dynamisme, la franche camaraderie, les encouragements et l'amour de ce sport nous unissent. L'esprit d'équipe est extraordinaire et j'avoue que de montrer aux gars que l'on est aussi bonnes qu'eux, cest toujours plaisant », souligne Kasara.

« Ce que j’aime du baseball, c’est d’être capable de me dépasser à chaque présence au bâton, de réussir à bien placer la balle sur le terrain pour que mes coéquipiers puissent avancer et compter des points. C’est d’arrêter la balle pour empêcher l’autre équipe de faire avancer ses coureurs. C’est de faire partie d’une équipe, de s’encourager et de ne jamais baisser les bras », mentionne Guillaume. 

Olivier, quant à lui, apprécie le rythme des matchs et de côtoyer ses coéquipiers. « Au fil d’une partie, on ne fait jamais la même chose. Il y a différentes étapes avant d’arriver à la victoire (ou la défaite). En plus, on joue en équipe. Peu importe comment on joue individuellement, on perd ou on gagne en équipe ».

Pour de plus amples informations, les personnes intéressées peuvent communiquer avec l’une des associations :

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.