Publicité

6 janvier 2022 - 12:00

Seulement 23 hockeyeuses seront retenues pour représenter le pays

Équipe canadienne de hockey féminin: aucun match avant les JO

Par La Presse Canadienne

L’équipe canadienne de hockey féminin ne disputera plus aucun match avant les Jeux olympiques d’hiver de Pékin, et ses joueuses entreront dans une bulle afin qu’elles puissent prendre l’avion vers la Chine dans moins d’un mois.

Les hockeyeuses canadiennes ne se sont toujours pas réunies depuis qu’une éclosion de COVID−19 les a frappées de plein fouet en décembre.

«La moitié du groupe est de retour, et l’autre devrait suivre sous peu», a confié à La Presse Canadienne la directrice des opérations hockey chez Hockey Canada, Gina Kingsbury.

«Elles vont bien. Nous avons reçu nos deux doses du vaccin», a−t−elle précisé.

La formation olympique canadienne n’a toujours pas été dévoilée publiquement. Le Canada entamera son tournoi préliminaire le 2 février contre la Suisse, deux jours avant la cérémonie d’ouverture des JO.

Les trois derniers matchs de la série contre les Américaines ont été annulés — deux d’entre eux devaient se dérouler cette semaine en Alberta —, tout comme celui de la semaine prochaine contre une équipe masculine de la Ligue de hockey junior de l’Alberta

Tous ceux qui se rendront à Pékin en vue des JO devront soumettre deux tests négatifs avant de prendre l’avion. Si l’un d’entre eux est positif, alors la Chine ne recommande pas à l’individu de prendre l’avion.

«Nous sommes à un moment charnière de notre préparation en vue des JO de Pékin, donc nous devons être très prudents», a rappelé Kingsbury.

«Nous voulons jouer, mais la quarantaine obligatoire de 14 jours avant de prendre l’avion vers Pékin est si cruciale, et critique, que ça ne vaut pas la peine de disputer d’autres rencontres et de permettre à des étrangers de pénétrer dans notre environnement», a−t−elle ajouté.

Des 26 hockeyeuses réunies pour le camp de sélection, 23 seront retenues pour représenter le pays. Hockey Canada a jusqu’au 19 janvier pour présenter sa formation définitive au Comité olympique canadien.

Les gardiennes Ann−Renée Desbiens, Emerance Maschmeyer et Kristen Campbell ont déjà obtenu leur laissez−passer pour les JO.

«Nous ferons une annonce avant cette date, c’est certain», a assuré Kingsbury.

Les États−Unis, qui ont battu le Canada 3−2 en tirs de barrage lors du match de la médaille d’or en 2018, ont dévoilé leur formation pendant la Classique hivernale de la LNH à Minneapolis samedi dernier. Leurs joueuses étaient présentes sur place, au Target Field.

Les Canadiennes s’isoleront lorsqu’elles se réuniront de nouveau, à Calgary.

«Nous voulons créer une bulle pour notre groupe, un peu comme nous l’avions fait avant le Championnat du monde. Les règles seront très strictes à l’hôtel et à l’aréna. Nous nous assurerons d’éviter toute personne étrangère à notre groupe, et tenterons aussi de limiter les contacts au sein même de notre groupe.

«La partie sur la patinoire, ça, ça ne changera pas. Nous devons nous entraîner en équipe, nous devons travailler en équipe», a−t−elle ajouté.

Kingsbury, l’entraîneur−chef Troy Ryan et son personnel d’entraîneurs analyseront les derniers matchs de l’équipe afin de prendre leurs décisions au niveau de l’effectif, et de développer leur plan de match en vue du tournoi olympique.

«Nous avons disputé de nombreux matchs, et nous avons fait du bon boulot afin d’évaluer nos joueuses pendant la première moitié de la saison», a rappelé Kingsbury.

«Ç’aurait été bien de disputer ces matchs (annulés), car nous aurions pu peaufiner certaines choses et étoffer davantage notre préparation en deuxième portion de saison.

«Mais en fin de compte, je crois que ce qu’il nous faut surtout ce sont des entraînements collectifs. Nous allons nous assurer de tirer le maximum de chacun de nos entraînements, afin d’être prêtes pour Pékin», a−t−elle conclu.

Donna Spencer, La Presse Canadienne

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.