Publicité

12 décembre 2013 - 14:29 | Mis à jour : 14:38

Une deuxième chance pour un train dans l'Est de l'île?

Par Fanny Arnaud

Des détracteurs du Train de l’Est comptent sur les changements politiques au niveau de la province pour obtenir la construction d’un train de Mascouche à la gare De la Concorde à Laval, en plus du projet de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) passant par Repentigny.

Le Comité de Citoyens pour des Transports collectifs dans l’Est de Laval (CoCiTCEL) a tenu, le 5 décembre dernier, son assemblée générale annuelle. Son président, Gilles Proulx, est très optimiste.

«Il n’y a jamais eu autant d’opposition au Train de l’Est que construit l’AMT», dit-il.

La conseillère municipale dans le district de Val-Des-Arbres, Mme Christiane Yoakim, était présente à cette assemblée soulignant l’intérêt du Mouvement lavallois (ML).

M. Proulx espère l’appui du nouveau maire.

«Je veux connaître la vision de Marc Demers sur les trains de banlieue», dit-il.

Mme Yoakim, jointe par L’Écho de Laval, rappelle que la question des transports ferroviaires ne relève pas de la juridiction municipale. Cependant, elle ajoute que le maire est disposé à écouter tous les citoyens et à les aider dans leurs démarches au niveau provincial.

«C’est toujours intéressant de voir que des gens s’impliquent bénévolement pour améliorer la vie des Lavallois», dit-elle.

De plus, M. Proulx rencontrera lundi prochain le député de Laval-des-Rapides, M. Léo Bureau-Blouin, et il compte lui demander de «boucler la ligne de l’est».

Les deux tracés du Train de l’Est

En effet, le projet de Train de l’Est lancé par l’AMT en 2006 prévoit que le train aille de Mascouche à la Gare centrale de Montréal en passant par Terrebonne et Repentigny.

Mais selon le CoCiTEL, ce tracé est incohérent.

Le comité souhaite que soit utilisé l’ancien tracé de la ligne de chemin de fer qui allait de Mascouche à De la Concorde en traversant l’est de l’île Jésus.

Puisque le projet de l’AMT est déjà bien avancé, le CoCiTEL ne s’y oppose plus frontalement, mais demande à ce qu’une deuxième ligne soit construite.

Les raisons de leur démarche

Selon le président du Fonds mondial du patrimoine ferroviaire, M. Denis Allard, ce trajet aurait deux avantages.

D’abord, le chemin existant est suffisamment large pour que deux voies soient construites. Cela permettrait de distinguer le transport de marchandises du transport de passagers et, le cas échéant, d’offrir une voie de rechange dans le cas de travaux ou d’incident.

Ensuite, il ajoute que ce tracé serait plus direct et donc plus économique.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.